Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

18 décembre 2008

Les droits de l'homme sont-ils un concept universel?

Voici comment je compte introduire le débat de France 24 enregistré ce soir:

Cette année 2008 se termine et avec elle les célébrations du 60 ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée en 1948 par l'assemblée générale des nations unies. On ne peut pas dire que ces célébrations aient été très remarquées tant le spectacle du monde montre bien que les outrages aux droits fondamentaux de l'homme restent hélas encore la règle...crimes de guerre et génocides ont continué d'émailler la chronique de la fin du 20ème siècle, et même de ce début de 21ème siècle...très récemment on a vu par exemple en RDC un chef de guerre se réclamant pourtant d'une ethnie victime d'un génocide au Rwanda se livrer à des massacres de masse. Au Zimbabwe, on a vu un chef d'Etat, Robert Mugabe, héros de la décolonisation laisser mourir son peuple en le privant de la protection et des soins les plus élementaires. Il semble que nombreux sont ceux qui peinent à condamner aussi sévèrement qu'ils le devraient des pays, des dirigeants qui violent les droits de l'homme parfois de façon odieuse, sous pretexte que ce sont d'anciennes victimes. Le respect des droits des femmes sont souvent mis en veilleuse au nom du respect des cultures, et pas seulement dans les pays musulmans, comme le montrent certaines décisions de justice étranges dans des pays occidentaux. Aucune société, pas même nos démocraties ne sont exemptes de reproches: Les Etats Unis dont l'intervention en Irak a débarassé la planète d'un de ses dictateurs les plus sanguinaires depuis Hitler et Staline sont sur la sellette pour Abou Ghraib et Guantanamo. La France est par exemple régulièrement montrée du doigt pour l'état de ses prisons ou son non respect de la présomption d'innocence, ou des droits de la defense. L'histoire récente montre aussi que lorsqu'on est une grande puissance, avec par exemple un droit de veto au conseil de sécurité des nations unies, on peut bafouer les droits de l'homme en jouissant d'une assez grande impunité, voire la Russie en Tchetchénie ou la Chine au Tibet. J'ajoute, pour terminer ce tableau assez sombre, que les militants des droits de l'homme sont eux même profondément divisés sur la question du droit d'ingérence humanitaire, l'opportunité de recourir ou non à la force lorsque les droits de l'homme sont en cause.
Il y a quand même des avancées, par exemple le travail des tribunaux sur l'ex Yougoslavie ou le Rwanda qui jugent les auteurs de génocide et mettent ainsi fin à l'impunité qui (si l'on excepte le tribunal de Nuremberg était la règle depuis 1945.
Mais la Cour Pénale internationale n'est pas encore universellement reconnue.
Les droits de l'homme sont ils un concept universel?

4 commentaires:

Denis a dit…

Vaste question que vous posez à la fin: personnellement, en tant que français, je crois que nous nous attirons parfois les foudres d'autres pays pour nous targuer d'être "le pays des droits de l'homme" et pourtant notre politique étrangère ne concorde pas toujours avec la défense des droits de l'homme (cf. dernièrement l'intervention de Bernard KOUCHNER face à Rama YADE en ce qui concerne le Secrétariat aux Droits de l'Homme du Quai d'Orsay). Je crois qu'il est difficile de répondre à cette question vraiment: je suis étudiant en relations internationales (master) et je suis plus partisan d'une politique étrangère avant tout basée sur la défense de nos intérêts nationaux, et après à l'échelle européenne. Je crois que l'angélisme c'est beau, c'est sympathique mais force est de constater que la réalité, elle, ne l'est pas et que tôt ou tard elle nous revient dans la figure. En tant que militant du MRC (le mouvement de J.P. Chevènement) et de Riposte Laïque, je suis satisfait de voir votre allusion faite aux "décisions de justice étranges dans des pays occidentaux" en ce qui concerne les droits de la femme. Oui, vous avez tout à fait raison et malheureusement je crois qu'il faut dire que la laïcité est bien mise à mal sous la présidence de Nicolas SARKOZY, avec des concepts creux tels que la "laïcité positive", les principes républicains sont systématiquement bafoués et c'est cette France républicaine que je vous avouerai, je souhaite de tous mes vœux pour l'avenir.

En conclusion, je dirai que je pencherai pour dire que les droits de l'homme ET du citoyen font partie intégrante de notre héritage national, mais quant à savoir si nous devons l'imposer ou en tout cas le promouvoir à l'échelle mondiale, c'est une autre question. A moi cher, Sylvain Attal de vous poser une question: où se trouve la limite des intérêts nationaux et où commence la promotion d'une politique étrangère plus éthique (pour reprendre l'expression de Robin Cook, ancien ministre des affaires étrangères britanniques)?

Amicalement,

Denis

Marcel Meyer a dit…

Pardonnez-moi, cher Monsieur Attal, d'utiliser ce canal mais je ne vois pas ici d'autre moyen de vous écrire.

Je me demandais ce que vous pensiez de la façon dont France 24 rapporte les événements de Gaza depuis lè-bas, avec un correspondant local arabe, donnant de ces événements une vision parfaitement en harmonie avec l'opinion arabe (et parlant du reste un français assez approximatif). Comme il n'est pas du tout de tradition, dans les médias français, de recruter les correspondants parmi la population locale (ou apprentée), il y a là, me semble-t-il un pas décisif vers la transformation de la chaîne en "Télé-Eurabia", ou me trompè-je ?

Marcel Meyer
marcel.meyer-ile@laposte.net

Ahmad Hamdan a dit…

Monsieur Attal,

Je crois que les droits de l'homme sont universels. Mais, la plupart des intellectuels dans les pays occidentaux regardent les autres pays et les autres cultures et les jugent par rapport à la mode de vie occidentale. Cependant, il est nécessaire de juger chaque pays en fonction de sa culture et de son mode de vie, car le mode de vie occidentale n'est pas la référence pour l'Humanité. Il est important de faire la différence, car les cultures sont différentes, et le mode de vie occidentale n'est pas une vérité absolue selon lequel toutes les cultures doivent être jugées et classées en cultures, ou pays, réspectant les droits de l'homme ou pas. Chaque culture a sa référence, mais il y a des régles générales qui doivent être réspectées par tout le monde.

Sylvain Attal a dit…

@Marcel Meyer: Vous conviendrez que si Israël laissait les envoyés spéciaux de la presse étrangère pénétrer à Gaza, le notre- qui attend du côté de Sderot- pourrait aller y faire son travail, à la place du correspondant de fortune que nous avons trouvé, faute de mieux.
Le résultat positif du point de vue d'Israël, c'est que les correspondants désœuvrés font des reportages sur les bombardements sur le sud d'Israël qui ne les intéressaient guère jusqu'ici!