Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

18 janvier 2008

Fumer comme un turc...dans son bain

Depuis le 1er janvier le cendrier est une relique archéologique. Direction le musée. La rue est devenue un cendrier. Curieux, je n'ai pas l'impression que ça ait fait avancer pour autant la "politique de civilisation". Au contraire.
Il se passe aussi un truc bizarre: J'ai arrêté de fumer(des cigarettes) voilà plus 7 ans (très exactement- je m'en souviens c'était insupportable- depuis le jour de la finale du championnat d'Europe 2000 remportée aux tirs aux buts par la France contre l'Italie), et pourtant voilà: je n'ai jamais eu autant envie d'en fumer que depuis que le couperet de l'interdiction est tombé. J'ai l'impression de commettre un acte de résistance, de partager le sort de ces pauvres accrocs que l'on traquera bientôt jusque sur les trottoirs, pour tapage. Il parait que ça rit fort le soir un fumeur, surtout quand il a un peu bu. Alors , couic...une fois que sera passé un dernier délai de grâce de quelques mois on leur coupera définitivement le sifflet. Certains s'attendent d'ailleurs à la prochaine étape de la politique hygiéniste: l'interdiction de l'alcool. Si la France ne produisait pas autant de vin ce serait d'ailleurs fait depuis longtemps. Comment? Vous dites que l'alcool, à la différence du tabac, ne tue que ceux qui en consomment directement? D'abord c'est oublier les accidents de la route, les femmes battues et autres crimes commis sous l'emprise de l'alcool. Bientôt les activistes des ligues de vertu moderne nous expliqueront ce qu'ils entendent par "alcoolisme passif". Bien sûr ce concept n'aura pas plus de rigueur scientifique que celui de "tabagisme passif". Les médecins sérieux savent qu'il a été forgé car c'était le seul moyen de parvenir à une prohibition totale du tabac.
Donc les fumeurs font-pour l'instant- le trottoir. Mais où fumer un cigare désormais? Mieux vaut avoir un grand chez soi si l'on est adepte de cette pratique éminemment civilisée. Si l'on a, bien sûr, la courtoisie élémentaire de ne pas l'imposer à son entourage. Fumer le cigare était déjà particulièrement onéreux (mais plutôt moins, et moins sot que de bruler de l'essence dans une voiture), cela (re) devient un luxe, depuis que les quelques bars "havanophiles" ont fermé leurs portes aux porteurs de "puros". Il se dit même que les fumeurs les plus aisés louent des appartements en ville, des sortes de garçonnières à volutes, aux seules fins d'y faire, en compagnie, quelques cendres.
On se prive, on se cache, on se retranche. On imagine que c'est ça l'Europe de demain: 300 millions de citoyens infantilisés. Plus si on compte les turcs. Car eux aussi s'y mettent. Ah, vous pensiez les tenir hors du club encore longtemps comme ça: Pensez! Trop incorrigiblement orientaux pour comprendre que fumer n'est pas "civilisé"? On ne parviendra jamais à obliger un turc à se couper de sa clope ou de sa chicha. Serons jamais aux normes les turcs. Raté. Ni une ni deux, le gouvernement turc viens de nous faire la démonstration du contraire. Il en veut tellement de l'Europe qu'il est prêt à y entrer même si c'est un espace non fumeur. Il prend même les devants: parait-il qu'en Turquie l'interdiction s'étend désormais aux voitures personnelles. C'est aussi prévu ici, sachez le bien, comme me l'a confirmé "entre4zyeux", le député ayatollah Yves Bur: "pour protéger les enfants des parents qui fument". Je lui ai alors objecté: parce qu'il faut une loi (ou un décret en l'occurrence) pour que les parents songent à la santé de leurs enfants? Drôle de civilisation. Ça l'a tellement énervé qu'il m'a traité de journaliste malhonnête. Encore un peu j'étais bon pour un camp de rééducation à l'air pur, mais la civilisation ne les a pas encore inventé.
Sinon, amis fumeurs, il vous reste une solution: fermez les portes, ouvrez les fenêtres, même en hiver, et transformez votre salle d'eau, en bain...turc.

3 commentaires:

Jules Esneval a dit…

Dans les années 70, 80% des hommes adultes fumaient. L'expression "désastre sanitaire" (que l'on doit au professeur Got) est-elle disproportionnée pour évoquer les 60 000 morts annuels liés à la consommation de tabac ? Et vous qui êtes un journaliste sérieux, sur quoi vous fondez-vous pour contester la validité scientifique du tabagisme passif ? Interrogez les médecins du travail : ils vous diront que les radios des poumons des salariés NON FUMEURS qui travaillent dans la RESTAURATION (je parle des restaurants et non pas de la sauvegarde des chefs d'oeuvre en péril) sont identiques à ceux des gros fumeurs. Ce seul "détail" devrait vous faire réfléchir. Attention à votre pseudo ton non conformiste. Un politiquement correct peut en cacher un autre. Politique "hygiéniste" ? Et les victimes de l'amiante, c'est quoi ? Des mauvais coucheurs ? Des maniaques de la poussière de maison ?

Sylvain Attal a dit…

Merci pour vos mises en garde...
Le sujet est trop sensible, trop complexe pour être abordé en quelques lignes dans le commentaire d'un blog. Mais je ne veux pas fuir l'observation.
En quelques mots: Je ne dis pas qu'être exposé à la fumée du tabac n'est pas du tout nocif. Mais vous savez, vivre, respirer c'est aussi très dangereux! (non là c'est trop politiquement incorrect pour vous.)
Je suis tout à fait pour le respect des non fumeurs. C'est pourquoi je pense que l'on pouvait laisser la liberté aux patrons d'établissement de choisir. Aux clients de consommer ou pas dans tel ou tel café ou restaurant. Si Mme Bachelot a raison et que la frequentation des lieux non fumeur (et surtouleur chiffre d'affaire) doit augmenter de 10%, je ne doute pas que, en toute rationalité, tous choisirons d'être non fumeur...
Sauf que la rationalité n'est pas tout et que l'on peut choisir d'accueillir des fumeurs pour des tas de bonnes raisons subjectives, comme on peut aimer vivre dangereusement. On peut aussi être un fumeur passif consentant. On n'est pas obligé d'être serveur de restaurant. C'est une question de philosophie et j'admets être partisan de la liberté et de la responsabilité. Je pense néanmoins que dans les espaces de sociabilité contraints (lieux de travail, moyens de transport etc...) il est normal de proscrire la cigarette.
Sur le fond, renseignez vous. Ne prenez pas toujours l'avis des croisés anti-tabac qui veulent faire notre bonheur à notre place. Certains professeur de médecine m'ont expliqué à quel point cette affaire de tabagisme passif avait été montée en épingle afin de faire pression pour obtenir la prohibition du tabac. J'ai même eu l'occasion de constater que des militants ani-tabac sensés ne croient pas du tout à cet argument. La radio des poumons est un indicateur trompeur. Le véritable danger du tabac, le principal danger disons, vient de l'élévation de la température au passage de la fumée dans la bouche et les voies respiratoires.

Anonyme a dit…

Mon cher Sylvain
3 choses :

- pour moi , mis à part qques désagréments imprévus , (commme l'odeur de dessous de bras en fin de soirée qui avant était cachée par la clope...) je trouve cette évolution de notre société PARFAITE
Et la manière dont cela se passe montre que tt le monde est d'accord

- La France a battue l'Italie en 2000 , certes , mais pas aux pénos
en prolongation : But en or de trezeguet après un centre de Pires

- c'est le fait que la clope devienne interdite qui te donne envie d'en griller une ? tu me fais peur...fais moi penser à ne pas passer la soirée avec toi le jour où la sodomie sera interdite ! (-;

jm