Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

11 juillet 2006

Saint Zidane, tragedien et martyr



Depuis ce fumeux, et somme toute assez puéril, "coup de boule", il n'est plus question que de ça: Qui donc Materazzi a-t-il bien pu insulter pour que notre Zizou perde ainsi tout contrôle sur lui-même? Sa mère, sa soeur, les deux à la fois? Les musulmans dans leur ensemble? On sent bien le sens de ces spéculations: tenter d'expliquer, voire de comprendre ce geste incroyable, tragique, qui se joue de notre perception du "magicien". Bertrand Delanoë a pu, par exemple, en bon méditerranéen qui se respecte, commencer à émettre l'hypothèse d'une injure visant la génitrice du grand homme, pour aussitôt relativiser la portée de son geste. Quand à Chirac, il lui a déjà accordé le pardon de la Nation, sans autre forme de procès, pour service rendu au moral des Français. Une fois de plus le Président ressemble au reste des élites françaises. Il suffit pour s'en convaincre de voir l'indulgence de la presse française (L'Equipe mise à part ), comparée au jugement très sévère des confrères étrangers (et pas seulement anglo-saxons). Pour le spectateur, amateur, admirateur de base, le malaise est bien réel. Certains éducateurs, par exemple, déploraient déjà hier un début de mouvement d'imitation chez les gamins et estimaient qu'une explication et des regrets seraient bien le minimum.
Le plus désolant est venu du sélectionneur, qui chercha dans les conséquences de l'expulsion de Zidane, la raison de la défaite, manière de ne pas répondre de son coaching minimaliste, pour ne pas dire de son inexistence totale. Oui, Zidane aurait pu marquer le but de la victoire lors du dernier quart d'heure. Il faillit d'ailleurs le faire quelques minutes avant son carton rouge d'un autre coup de tête, qui eut été plus glorieux celui-là. Toutes les insultes de l'Italie (qui en connaît un rayon) n'auraient alors pas suffi à troubler sa félicité, soyons en sûr. A quoi ça se joue...Mais il aurait aussi pu, lui et les autres, ceux qui sont restés frais sur le banc, marquer ce but dès la deuxième mi-temps, lorsqu'il apparut que la "squadra" était à pied, après une première mi-temps de folie. "Saint Zidane, tragédien et martyr", héros scandaleux, mais joueur étonnant, sans qui la finale aurait peut-être été gagnée, mais sans qui il n'y aurait sans doute pas eu de finale. On ne peut pas le juger. D'ailleurs on ne juge personne en France! On ne peut pas, non plus lui pardonner, compte tenu de son statut de mythe auprès des jeunes, du moins avant qu'il ait émis quelques regrets. Tout juste constater que derrière cette sortie funeste se masque une sorte d' acte manqué.

3 commentaires:

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

CHUTE D'UN TITAN

Ordinairement je ne m'intéresse nullement au jeu de balle au pied (football pour les puristes).

Le match d'hier (Mondial du 9 juillet 2006) fut passionnant cependant. Des milliards d'humains regardaient dans la même direction : nos onze étoiles nationales projetées en orbite mythique devenaient quasi cosmiques. Parties pour la légende.

Ou la désintégration en plein vol.

Finalement la chute des héros français, rendue encore plus pathétique par les mines abattues et les pleurs rentrés, c'était encore plus beau que la gloire ! Jusqu'au dernier moment le suspens a fait frémir des milliards de gens. Magnifique spectacle planétaire ! La fin fut cruelle, tragique, poignante : nos demi-dieux sont tombés.

Voilà précisément ce qui a donné tout son éclat au match.

Sans cette chute vertigineuse, sans le coup de tête félon de Zidane, sans ces larmes finales mêlées à la sueur, quel intérêt aurait eu cette partie de jeux du cirque moderne avec Chirac trônant comme un empereur romain au-dessus de l'arène ? Il fallait que les onze astres s'éteignent avec fracas pour que le chaos soit beau.

Zidane sorti du terrain au dernier moment, quelle surprise ! L'apothéose, inattendue, théâtrale, terrible, fut à la hauteur de l'évènement. Les coeurs ont cogné, pleins de sanglots, les têtes ont tourné, pleines de rêves brisés... En un seul coup de ballon les onze sont passés du statut de héros à celui de perdants planétaires.

C'est ça qui était magnifique.

Raphaël Zacharie de Izarra
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

+++++++

(PS : L'insulteur italien aurait-il intrigué pour faire sortir Zidane ? Cette éventualité est toujours possible chez les compatriotes de Machiavel, fins stratèges...

Prendre de la sorte l'adversaire avec les mots et non avec les mains afin de le faire expulser du terrain à un moment critique du match dans le dessein d'affaiblir son équipe est la chose qui vient naturellement à l'esprit.

L'insulteur n'est pas fautif : il n'a touché Zidane qu'avec les mots. L'insulté a répondu avec les mains. Avec la tête plus précisément. Lui en revanche est fautif.

Si ainsi furent les choses, alors bien joué l'italien !)

g.poney a dit…

Quelle énorme déception Sylvain de lire : "Il suffit pour s'en convaincre de voir l'indulgence de la presse française (L'Equipe mise à part)" Ma foi, nos lectures diffèrent bien. A quand la fin du règne de L'Equipe ? Les seuls à ne pas être indulgents ? Il faut lire l'édito de Droussent pour pour comprendre que telle n'est pas la nature des propos de L'Equipe, ce soi-disant grand quotidien, qui bénéficie surtout et uniquement de l'effet de monopole pour faire croire qu'il est compétent. La peur du syndrôme Jacquet est de retour ! La veille, on dit gentiment que ce n'est pas un bon exemple pour les (et ses) enfants, et le lendemain, on explique que finalement, il dit ce qu'il veut à ses enfants, qu'on doit le pardonner et qu'on a aucun reproche à lui faire puisqu'il ne s'agit que d'un coup de tête ! Il semble que vos lectures méritent de s'étendre à un champ un peu plus large. D'autres médias (sur le net), que ma déontologie m'oblige à ne pas citer, ont vertement critiqué ZZ pour son geste lamentable. Comment a-t-il pu s'abaisser au niveau (bien bas) auquel évolue Materazzi ? Surtout après les "explications" de ce mercredi où finalement, il semble que le pauvre Italien, limité dans son langage, n'est même pas cherché un peu plus que la première insulte de bases, ne grandissent pas ZZ qui avait encore moins à répondre que s'il s'agissait de propos heurtant par exemple l'ensemble d'une communauté

Sylvain Attal a dit…

gponey, vous avez raison, je n'avais pas lu le deuxieme édito de l'équipe en écrivant...il n'était pas encore publié. En revanche il y a eu un édito très dur dans le Monde. Voilà...