Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

06 juillet 2005

La France Hors Jeux


La nouvelle vient de tomber et c'est naturellement une grande tristesse pour la France et spécialement pour tous ceux qui ont joué un rôle dans la candidature.
L'anglophobie est une vieille maladie française. Beaucoup y succomberont.
J'avais un mauvais préssentiment depuis quelques heures.
Pourtant, il est clair que l'on peut mesurer les tares françaises à la tonalité des premières réactions: les Anglais auraient trahi l'esprit olympique "par un lobbying agressif". Que n'en avons-nous pas fait autant! Mais voilà, chez nous ce mot "lobbying" a une conotation péjorative, en déclage avec le fonctionement des relations internationales.
Il faut, je crois, regarder du côté des explications géopolitiques. Et économiques. car si l'on regarde la situation économique catastrophique de la France, et surtout l'absence de réalisme de ceux qui devraient y remédier, le déphasage de Chirac, le vieil homme de l'Europe, il faut se demander si la France avait réellement les moyens de s'offrir, d'offrir au monde des JO. Nous sommes à tous les sens du terme une nation hors-jeu(x).

8 commentaires:

all a dit…

Et bien tant mieux ! LONDRES n'est pas loin et notre dépense publique n'avaient pas besoin de J.O
D'ailleurs n'habitant pas Paris je n'avais PAS DU TOUT envie de financer ces infrastructures.
CHIRAC a une image de loser qui commence gravement à lui coller à la peau. :D :D :D

Raphaël, Blog Paris VI. a dit…

Une honte, un CIO discrédité, la découverte soudaine d'un président transparent, soumis aux moindres vents, incapable d'imposer sa vision. La candidature de Paris était la meilleure, même si certain comme Jérôme Godefroy, nous disaient que Londres allait l'emporter, même si dans les allées du pouvoir, il semblait ces derniers jours illusoire de penser à une suite heureuse. L'olympisme était déjà une coquille vide, un terme largement galvaudé que Samaranch avait foulé aux pieds gaiement.
Sachant que tu faisais partie des différents conseils de cette candidature, tu odois être particulièrement touché par cette décision inique.
Désormais, le roi Chirac est nu. Il n'a plus aucun projet à défendre. Plus aucune politique à mener. En 2007, il sera carbonisé, son immunité tombera, et les juges le mangeront avec gourmandise. Ce président est la pire chose qui soit arrivée à la France depuis un siècle, si l'on excepte Pétain et Vichy. Let's face it : la France n'est plus la belle fille frivole, sexy, libre et bandante qu'elle a été. Elle n'attire plus les hommes. Elle est ridée, vieille, fanée, et ce n'est pas le remplacement de loin en loin des figures de Marianne qui y pourra quelque chose.
Quant à Paris, pour moi qui suis plutôt de droite, je dois saluer avec la plus extrême vigueur le travail de Bertrand Delanoé. Il m'a semblé dans cet affaire un vrai professionnel. Il a mené son projet olympique dans les règles de l'olympisme, dont il ne s'est pas douté qu'elles n'avaient désormais plus court. Ce n'est certainement pas sur lui que je jetterai la pierre. Vu l'offre politique à l'Ump, je ne dis pas que je ne voterai pas pour lui en 2008.


Sur un tout autre sujet, je veux évoquer la disparition de Proche-Orient.Info. Je viens de lire les courriers mis en ligne sur le ite. Toute cette hypocrisie est insupportable. Ces gens qui geignent sur la fin d'un médium online dont le modèle économique n'était pas viable à terme, puisque Internet est un outil où toute l'information payante proposée par POI pouvait se trouver gratuitement ailleurs, payante en plus de l'abonnement mensuel au FAI, en plus du prix de l'ordinateur, du modem, etc, ces gens donc qui geignent sur la fin de POI ont été prévenus à maintes reprises par l'équipe dirigeante des problêmes financiers. Si toutes ces pleureuses voulaient foncièrement que POI vive, la seule chose à faire était de mettre la main à la poche. Aucun d'eux ne l'a fait, et ils viennent ensuite jouer les coeurs affligés. Je trouve cela hautement condamnable.

D'autre part, politiquement, il est intéressant de constater que les médias focused on le Proche et le Moyen-Orient ne font plus recette. L'avenir est ailleurs que dans ces guéguerres stériles pour des lopins de terre qui ne concernent qu'une centaine de millions de personnes. Même les médias "traditionnels" ferment leurs bureaux à Jérusalem, Amman ou Beyrouth. Le public se lasse. ET C'EST BIEN !!! Car le terrorisme se nourrit de la publicité qui lui est fait. Ne parlons plus du tout de cette région, et elle aura enfin une chance de vivre heureuse et en paix. C'est mon plus grand espoir : que les journalistes occidentaux arrêtent de traiter cette région. Leur prisme n'est de toute manière pas journalistique. Facts, only facts, cette règle anglo-saxonne est foulée aux pieds chaque jour, selon que l'on soit pro-arabe ou pro-juif. LAISSONS CES GENS VIVRE EN PAIX !!!

Les enjeux sont aujourd'hui ailleurs : l'Afrique sub-saharienne, l'Asie du Sud-Est, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, l'Océanie, l'Amérique du Sud qui reprend quelques couleurs.

Je ne suis pas triste de la disparition de POI. J'y vois même un signe de D'. Celui qu'enfin cette région n'aura plus la pression du monde sur ses épaules. Elle pourra enfin évoluer plus aisément, les accords entre arabes et juifs pourront se faire plus franchement, plus sincèrement. On ne sera plus obligé d'aller se geler les roupettes à Oslo en plein hiver pour faire avancer la paix proche-orientale.

Pour une fois, disons les choses telles qu'elles sont, et non telles que nous voudrions qu'elles soient : le modèle économique n'était pas pérenne. Les lecteurs n'étaient pas prêts à payer pour une info disponible par ailleurs. Et le Proche-Orient ne fait plus recette. Point. Les problêmes rencontrés par TFJ montrent que POI n'est pas seul.

C'est un mal nécessaire pour un Bien.

Raphaël.

Anonyme a dit…

Il y en a marre de ces Anglais, ils réussissent en tout. Mais bon c'est vrai qu'ils sont pas très "fair-play". Tiens au fait, fair-play c'est un mot anglais, on n'a pas d'équivalent nous?!

Bok a dit…

Personnellement je pense que les anglais ont compris sur ce coup que toute compétition est un contexte particulier, donc un ensemble de paramétre et pas seulement ceux annoncés, ils ont été beaucoup moins "scolaires" que les français et il faut les féliciter de nous avoir donner cette leçon de pragmatisme. En espérant que l'on apprenne de cette expérience...

Anonyme a dit…

Vous connaissez la blague qui circule en europe et ailleurs sur les Francais? "Comment un Francais se suicide? --- en se jetant du haut de son Ego." C'est l'arrogance qui nous a fait perdre les Jeux. Arrogance directement sous-jacente dans "L'humour" de chirac sur la cuisine anglaise, a peine moins "immangeable" que la cuisine finnoise - il y avait deux finnois dans le comite - ils ont du apprecier !!! C'est ce qu'on appelle faire d'une pierre deux coups. Mais l'arrogance est la pire conseillere. Alors on se jette du haut de son Ego avec un grand coccorico -- et le monde entier se marre.
PS Si ce n'etait qu'au niveau du sport, ca passerait encore...

Antoine a dit…

Le vote fut très disputé : 54 voix pour Londres, 50 voix pour Paris.

On ne va pas en faire tout un plat. De plus, les magouilles en cuisine ne doivent pas être très ragoûtantes.

Les Jeux me gonflent : on en viendrait presqu´à se prostituer pour une fête à fric loin de "l´esprit olympique".

Une chose est sûre : les exigences sont telles qu´aucune ville du Tiers-Monde n´aura jamais les jeux.

Tant mieux pour les anglais.

Antoine a dit…

The Economist se pose la question de savoir si les anglais doivent réellement se réjouir pour le Londres olympique...

http://www.economist.com/agenda/displayStory.cfm?story_id=4146726

Anonyme a dit…

Voilà un commentaire bien suiviste de l'actualité. Le rapport du CIO lui-même sur Paris et sur Londres était sans appel: qualité de l'air, des transports, prix, centralité. Sans parler des prix démocratiques.
Le seul point faible? Le prix prétendument élevé des chambres d'hôtel réservé aux membres du CIO.
http://www.olympic.org/fr/news/olympic_news/full_story_fr.asp?id=1337

Les candidats français ont eu parfaitement raison de dénoncer le jeu britannique, et on comprend leur indignation.

De plus, le comportement britannique est hors-jeu. Mme Blair n'avait-elle pas dénoncer Paris en décembre 2004 comme une ville d'incultes? La presse a dénoncé honteusement le stade de France comme elle avait dénoncé la billetterie en 1998? Blair n'a-t-il pas reçu en privé les membres du CIO contrairement aux autres?

Il n'y a donc pas là une quelconque "anglophobie". Paris n'est pas "hors-jeu". C'est bien Blair qui rompt avec la tradition du "fair-play". Ici comme en Irak