Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

11 juillet 2005

Reflexions d'avant-vacances

Pas tout à fait les vacances, mais déjà un peu de relâchement sur la régularité des "post".
Samedi, j'ai eu le plaisir d'animer les "rencontres citoyennes" de Venasque (Vaucluse) organisées par Marianne, journal pour lequel je prépare par ailleurs un dossier, une "cover", sur les gaspillages d'argent public. Retour à d'anciennes amours! J'avais oublié à quel point ces sujets s'abordaient comme la face nord de l'Everest. Je suis donc plongé, en ce moment, dans les rapports de la Cour des comptes et j'enquête sur les gisements d'économie les plus significatifs. Vous lirez donc ça, si vous le voulez, en Août dans Marianne, sur la plage ou ailleurs.
Je commence à réfléchir à un projet d'émission s'inspirant de la démarche de feu "Argent Public", mais qui serait plus large, quelque chose d'économique et de politique à la fois qui essaierait d'explorer des pistes pour remettre la France dans le bon sens. J'en discutais avec Bernard Marris, à Venasque justement, un type que j'aime bien et qui m'a tendu une perche. En tout cas le départ de Marc Tessier de France Télévisions est une circonstance favorable. Et pour cause, puisqu' il m'avait viré! Son mandat ne s'est pas caractérisé par une grande exigence en matière de programmes. Les engagements pris par son successeur, Patrick de Carolis, sont encourageants. Surtout, on annonce déjà le retour à ses côtés de Patrice Duhamel qui avait installé et fortement soutenu "Argent Public". Alors...
A part ça, Venasque, où il était question de la pertinence du clivage Droite/Gauche, est un bien bel endroit où l'on se sent déjà en vacances. Je retiens que l'on y a dit énormément de bien de Tony Blair, mais aussi que Philippe Manière, directeur de l'Institut Montaigne, a fait applaudir Margaret Thatcher! Nicolas Baverez, très brillant, a noté que l'échec de la France devant le CIO semblait avoir davantage marqué les esprits que la victoire du non au réferendum. Tout le monde semblait d'accord pour dire que nous allions devoir perdre deux ans, faute d'une démission de Chirac. Marc Ferro a, lui, dressé la (longue) liste des occasions où la gauche au pouvoir avait déçu ses électeurs. En tête, la décolonisation et la promotion sociale des immigrés, sujets sur lesquels la droite a davantage osé. Reste les congés payés, la retraite à 60 ans et les 35 heures. La gauche contre le travail. N'oublions pas, quand même, l'abolition de la peine de mort.
Je m'aperçois que je n'ai pas dit un mot des attentats de Londres. Est-ce parce que je savais, nous savions qu'une telle horreur était inéluctable? Cette retenue, c'est au fond un bon signe, car elle montre que nous avons peut-être intégré la menace et, qu'à l'image des Anglais dont le sang froid est le même que celui de leurs aînés du "blitzkrieg", nous refusons de changer en quoi-que ce soit nos habitudes. Ces attentats ont instantanément gommé le ressentiment français envers les vainqueurs de Singapour. A part, malheureusement, celui de Delanoë, indécent sur ce coup là (voir plus bas).
Je retiens surtout, les propos du maire de Londres Ken Livingstone, personnage pourtant assez souvent "border line". Son discours sur la supériorité de la liberté sur le fanatisme que les londoniens de toutes origines fuient était un petit chef d'oeuvre. Davantage encore que les accents, il est vrai churchilliens, de Blair. J'attendais cela depuis le 11 septembre 2001. Le vent qui vient de Londres est décidément réconfortant. Peut-être son élection par le CIO n'est pas, au fond, si imméritée que cela.

JO: Les raisons d'un échec

Je me sens libre à présent de dire, comme je l'ai fait à Venasque, que la politisation,dont j'ai été le témoin, des moindres décisions de cette candidature est une des raisons de son échec. Il a manqué, dans cette aventure, du professionnalisme et du réalisme. Car comment interpréter autrement les réactions sur le mode "
on ne comprend pas". Si "on ne comprend pas", c'est qu'on n'a pas voulu comprendre les règles du jeu. A savoir, que celles qu'édictaient le CIO n'étaient pas à prendre " at face value", qu'elles n'étaient peut-être pas à observer à la lettre. Qu'on ne feigne pas de découvrir maintenant la corruption et l'hypocrisie. Et si cela révulse, on n'était pas obligé de se présenter. Evidément avec un CIO à la botte de Chirac, ou élu par les français, cela aurait été plus facile. Comment ne pas y voir un ènième rejet de la mondialisation par les élites françaises?
Bien sûr, Daniel Schneidermann a raison de dire que les journalistes français se laissent intoxiquer comme des bleus et manquent de sens critique dès qu'il s'agit de montrer leur patriotisme. Mais que n'a-t-il écrit lui-même cette chronique avant le 6 juillet!
Plus grave, le manque d'esprit critique des journalistes confortait celui des équipes de la candidature qui faisaient souvent assaut de remarques acerbes à la pause café mais n'osaient pas l'ouvrir en réunion, là où leur scepticisme aurait pu être rapporté en haut- lieu et nuire à leur carrière. Pourtant, qui sait, s'ils l'avaient davantage ouvert, sur le film de Besson par exemple, on n'en serait peut-être pas là. Cela ne marche-t-il pas souvent comme ça en France?

Je vais devoir interrompre ces notes pendant quelques semaines, ou en tout cas les espacer considérablement. Je vous souhaite donc de bonnes vacances

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Avant de partir en vacances je vous conseille vivement de lire cet article http://www.weeklystandard.com/content.public/articles "London to terrorists..." resumant le "British Spirit" face au Blitz, face au terrorisme, et qui fait que l'angleterre est un pays "qui gagne". Et cet esprit se voit couronne par le CIO, parce que etre un gagnant un "go-getter", comme ils disent ca paye...

all a dit…

Bonjour, j'espère que ça va marcher pour le job à la télé :)

Une curiosité (plus que cela en fait): La BBC a édité tout ces articles pour changer le mot « terrorist » par « bomber »
http://news.telegraph.co.uk/

sylvain bro a dit…

Tout a fait d'accord avec vous pour le manque de critique des journalistes et des français en général. Le consensus exemplaire autour de la candidature de Paris n'a pas laissé de place à la remise en question. L'autocensure et le suivisme a permis d'étouffer toute pensée critique pour donner l'impression d'un semblant d'unité. Felicitons les Anglais qui ont su exprimer leur contradictions rapidement pour corriger le tir d'une candidature pas très bien engagée.

Par contre s'il s'avère que les règles du CIO n'ont pas été respectées, alors il faudra d'une part le prouver -et non simplement l'affirmer- et enfin ne pas à nouveau s'autocensurer. Cela viendrait amplifier ce qui caractérise le paysage médiatique et politique français depuis plusieurs années et qui s'apparente à une sorte de schizophrénie malsaine nous mettant dans l'incapacité de se fixer un cap et de porter un projet de société. Faudra t'il suppporter la même hypocrisie en ce qui concerne le mode de fonctionnemnt du CIO qu'en ce qui concerne les pratiques de dopage dans certains sports de haut niveau. Et cela au nom du FAIR-PLAY... L'esprit du sport est aussi dans le respect de ses règles.

Anonyme a dit…

Cher Sylvain
Pour tes vacances, et afin de traiter à fond tous tes dossiers sur la réduction des dépenses publiques, je t'incite vivement à (re)lire tous des livres de chevet : Fredrick Von Hayek, Ludwig Von Mises, Frédéric Bastiat etc... afin de (par)faire ton éducation libérale.

Bonnes vacances

Sylvain Attal a dit…

merci à all pour cette pépite sur le politiquement correct de la Bib. Comme ils disent parfois "it sucks!"
amitiés

Dubuc a dit…

Bravo. Belle analyse de la cécité journalistique à propos de la candidature malheureuse de Paris aux JO...

Anonyme a dit…

Désolé Sylvain. J'ai toujours pensé que les JO étaient pour les Anglais cette fois-ci. Les "loosers" ne gagnent pas et les Français sont des "loosers". Big time. Que dire de la France, sinon que ce n'est plus un pays "pertinent". "Irrelevant", disent les anglo-saxons. Bref, la France, partout dans le monde, on s'en fout. Il suffit de faire deux heures d'avion pour en avoir la confirmation. Que dire si on en fait douze ! Le choix du CIO, je l'ai contemplé en direct à Pékin en regardant la télé chinoise. Cela permet de relativiser. Tony Blair ou Chirac ? Comme si c'était une question à se poser.
Alors nous allons végéter encore un moment dans notre ornière tricolore. Qu'un sang impur abreuve nos sillons, comme dit la chanson. Après, on verra. Nous avons de la ressource. Mais c'est un sale quart d'heure qui risque de durer. Petite réflexion au passage sur le 14 juillet : il est maintenant avéré que la France est le seul pays prétendu démocratique qui exhibe son armée pour sa fête nationale. Où l'orgueil ne va-t-il se nicher ?

JG (you know me)

Anonyme a dit…

Sylvain, vous n'avez pas assuré un caramel mou pendant vos vacances.
Tenir un blog sans poster pendant plus de trois semaines, ça ne se fait pas !!!
Pensez un peu à vos lecteurs fidèles qui s'ennuient à Paris.
Ca c'est le rythme ORTF/France TV, en congés pendant deux mois, pas celui du web.
Ressaisissez vous et revenez nous vite !

dervenn a dit…

je tombe par hazard sur votre blog.
Enfin non vous aimez nougaro vous aussi!!!
je n'ai pas de lecture a vous conseiller ou si le dernier roman que j'ai lu d'arto paasilinna "petits suicides entre amis".
(Super gaie mon entrée en matière)
donc rien a voir avec la politique . me voila du debut a la fin hors sujet!
j'aime assez l'idée qu'un journaliste médiatisé publie un blog.
et c'est vrai vos lecteurs ont raison on ne laisse pas un blog sans publications aussi longtemps.

isarmel a dit…

Je laisse ce lien dans mes favoris, mais je tiens à dire que c'est limite, pas une note depuis maintenant 1 mois...
C'est les vacances, certes, mais pas pour l'actualité, puisque c'est quand même le but de ce blog, et, à moins de partir au coeur de nulle part, c'est dur de ne pas trouver de connection.
Mais bon, accordons le bénéfice du doute... Après tout les motivations sont peut-être bonnes.

Sylvain Attal a dit…

Chers lecteurs votre niveau d'exigence me touche énormément. Et moi qui croyait n'avoir droit à aucune remarque, après, c'est vrai une aussi longue interruption!
Ce n'est nullement la flemme qui m'a poussé à faire ce break, vu que je me suis tapé un dossier de 30 000 signes (20 feuillets) pour Marianne que vous découvrirez dès samedi prochain (le 20 Août). Non ce qui m'a découragé c'est cette maudite connexion 56K. CAr, le saviez vous, il y a encore en France des régions qui ne sont couvertes ni par le câble ni par l'ADSL...En Corse notament...Allez, d'ici l'été prochain les choses auront changé, même sans les JO!