Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

26 septembre 2006

Une télé d'information internationale française?

Depuis le début du mois, mes journées sont consacrées à l'élaboration collective de la ligne éditoriale de la future "France 24". Un exercice enrichissant, car on a que rarement l'occasion dans ce métier de réfléchir au sens de ce métier.
Cette chaîne affirme qu'elle portera un regard français sur l'actualité. Mais c'est quoi au juste? Qu'en attendent les téléspectateurs au Moyen-Orient, en Afrique, en Europe orientale, et ...en France ou elle sera disponible, gratuitement, sur le câble et le satellite, fin novembre? Comment une TV comme celle-là doit-elle traiter l'actualité française. Qu'est-ce-qui doit retenir son attention, ou contraire être laissé aux chaînes "franco-françaises"? Autant de questions qui comportent de multiples réponses. J'ai donc décidé de vous mettre à contribution. Exprimez-vous!...

8 commentaires:

G. Desbois a dit…

Une télé française pour l'étranger devrait -selon moi - représenter l'exception culturelle. Il s'agit ici de valoriser la France, montrer ses aspects positifs, cultiver son attrait, ce qui permmettrait peut-être d'améliorer sa situation actuelle (d'un point de vue économique). Le medium télé ne réalise pas sa portée et son influence. Je ne dis pas de cacher l'info, bien entendu, mais de parler et d'insiter objectivement sur les valeurs positives de l'exagone en omettant sensiblement les disgraces...

Anonyme a dit…

Bonjour,
Vous ne parlez pas de l'Amérique du Sud, est-ce que la nouvelle chaîne sera diffusée dans ce continent où la France est estimée?

Muriel Bastien a dit…

Un regard français sur l'actualité. Où est la nouveauté ? Et qu'est-ce que ça veut dire ? Justement, c'est d'un autre regard dont nous aurions besoin.
Par exemple, pourquoi ne pas faire décrypter l'actualité hexagonale par des journalistes étrangers en poste en France ?
Pour ma part, je suis très friande du débat, des échanges de points de vue car vous le savez évidemment, il n'existe pas une actualité mais mille façons de la rapporter. C'est en cela que le journaliste fait preuve d'utilité publique et d'intérêt général (motivation plus guère enseignée dans les écoles de journalisme), en permettant au citoyen de se faire une opinion, de se questionner mais aussi de s'engager. Un peu comme vous le faites vous-même sur ce blog.
Donc, une émission de débats compliqués (comprendre tabous), non pas via un plateau surchargé d'invités qui ne peuvent s'exprimer que cinq minutes et surtout pas animé par un(e) journaliste défiguré(e) par les stigmates du narcissisme.
J'aurais bien d'autres contributions à coucher sur ce thème et votre blog. Mais j'aurais la désagréable impression de scier la pauvre branche sur laquelle je me tiens difficilement en équilibre depuis un an. Période depuis laquelle j'ai été licenciée de ma rédaction pour "faute de comportement", comprendre pour avoir exercé mon métier comme je l'entends plus haut.
En plein pseudo complot islamophobe, le dernier papier que j'ai signé pour cette rédaction portait sur le soixantième anniversaire de la libération des déportés-martyrs d'Auschwitz. Mon rédac-chef, le jour où il m'a si gentiment remerciée, m'a déclaré au sujet de cet article et non sans l'avoir publié que "c'était vraiment n'importe quoi !", sans plus de commentaires...Je vous invite à mon procès ? C'est dans un mois.
Albert Camus disait que le premier devoir du journaliste est de résister à l'air du temps. Faites comme moi, cela dit tout modestement, continuez d'appliquer cette règle, sur France 24. Chaîne dont on se demande, digression, comment ses futurs collaborateurs ont été recrutés tant je n'ai vu passer aucune offre sur aucun des nombreux moteurs de recherche où j'ai naïvement placé mon CV et mes vingt ans de métier.
En fait, je ne me demande pas. La profession de journaliste, particulièrement en France, fonctionne comme une caste, un monde de cooptation hermétique. Attention tout de même aux tares de consanguinité !
Allez, je m'arrête car je suis encore en train de friser la faute de comportement.
Et bonne route, j'en suis sûre, à France 24. Quelle chance vous avez ! Moi aussi, à mes débuts et complètement "sur le tas", à l’époque où c’était encore possible, j'ai "fait de la télé".
Amicalement,
Muriel Bastien - Journaliste indépendante.

gioluca a dit…

Je suis convaincu qu'il y a une place pour une France24, mais effectivement, le "traitement français" de l'actualité reste une notion plutôt floue.
Si cette chaîne avait existé lors des dernières émeutes en France, elle aurait été franchement utile, par exemple en replaçant les événements dans un contexte social et politique plutôt que religieux aurait peut-être permis aux médias américains (et à son peuple) de comprendre un peu mieux la situation.
Bien sûr il y a le positionnement français sur l'Irak, et tellement d'autres sujets.
Mais je ne sais pas pourquoi en entendant "la voix de la France" de la bouche du futur directeur, il me semble avoir compris" anti-CNN et FOX News". Mauvais esprit de ma part, sans doutes...
Le piège pour cette future chaîne est bien là: traiter l'actualité uniquement en se positionnant face aux Américains et à leurs médias.
Je pense que c'est important de le faire (un peu) mais pourvu que ce ne soit pas une ligne éditoriale.
De toutes les façons je suis déjà client, l'idée me plaît et j'ai vraiment très hâte de voir à quoi tout cela va ressembler.

Annuairetv a dit…

D'après mon simple avis, je pense que "France 24" se doit d'apporter un regard français donc différent sur l'actualité ! (oui je sais que c'est une généralité que je viens d'exprimer).

Cependant, je pense que cela doit passer par une prise de points de vue différentes, en effet, ne pas voir l'actualité seulement de notre point de vue occidental, de manière nombriliste, l'actualité offre des angles d'analyse différents selon d'où l'événement est vécu.
Par ailleurs, je pense également à une actualité qui mette plus en exergue les enjeux régions (en terme de continents) au lieu de touojurs parler des grands enjeux mondiaux. Voir l'évolution d'une région au travers de ces grandes orientations politiques et stratégiques.

Je pense vraiment que "France 24" doit mettre le projecteur là où les autres grandes chaînes d'info en continue ne vienne jamais.

C'était le simple avis d'un simple bloggeur !

++

Anonyme a dit…

Très emue par le témoignage de Muriel Bastien, combien sont ils encore les journalistes -résistants à la bien pensance ?
Bon courage à vous Muriel et que vous retrouviez rapidement un boulot.
Merci.
Myriam.

jcf a dit…

est-ce que regard français sur l'actualité veut dire anti-cnn et anti-fox news? ou an-ti aljazira? j'ai sans doute mauvais esprit mais il me semble aue ce dont les frençais ont besoin ce n'est pas d'une chaîne promouvant le regard français sur l'actualité internationale....mais apprendre à mieux parler l'anglais pour pouvoir écouter, comprendre et s'ouvrir à un autre son de cloche que celui monocorde et monotone des journaux écrits et journaux télé et radio made in france:
je suis toujours sidérée quand je viens en france de voir à quel point les français n'ont non seulement aucune notion de ce qui se dit à l'étranger sur les Q internationales mais aussi de ce qui s'y dit sur la france et la société française: alors un regard français non; mais faire connaître aux français d'autres façons de voir : oui/ pourquoi ne pas faire appel à des journalistes étrangers; traduire des émissions (ss titres svp; pas doublage ) ou des articles? en tout cas, bonne chance:
Ces jours_ci disparait un journal web qui proposait un regard différent (sur certains sujets seulement cùest vrai) salut proche-oreint:info; so long pals.

Sylvain Attal a dit…

merci à ceux qui essaient d'envoyer des messages positifs, qui peuvent être critiques bien sûr.
Muriel, je suis désolé mais il y a eu des tas d'appels à candidature dans la presse et la chaine a reçu des milliers de CV. Il faut savoir que 3% seulement ont été engagés et parmi eux beaucoup de jeunes journalistes.
J'espère que vous trouverez rapidement quelque chose.
Quand aux autres j'ai décidé de ne plus porter attention à leur pauvre désir d'existence.
L'amérique du sud, bien sûr, mais dans un deuxième temps, tout comme l'Asie qui ne sera pas couverte dès le début. Il y aura une montée en charge, mais d'ici deux ans il est prévu un service en espagnol. Inch'allah...
Ce que je sais déjà, et c'est heureux, c'est que F 24 ne sera pas un "anti cnn" ou même un "anti fox" qui se complairait dans l'anti-américanisme primaire, substitut commode à la reflexion que un projet (ici éditorial) cohérent.
Cela dit ça ne sera pas un chemin de roses...
continuez. Je prends des notes!