Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

28 mars 2007

Besson, les socialistes, l'entreprise et le coup de boule en politique


Je tiens la publication du petit livre du dénommé Besson, Eric- que désormais tout le monde connaît-comme un des rares événements de cette campagne. Et pas seulement parce qu'il a été écrit en collaboration avec mon ami Askolovitch.Derrière son côté évidement pamphlétaire, ce bouquin est tout simplement passionnant par ce qu'il révèle du fonctionnement d'une grande machine politique comme le PS. Besson y était un peu un OVNI, un des rares cadres qui viennent de l'entreprise privée et qui n'ait pas tété de la politique au biberon selon le schéma: Unef- (option sciences-po-Ena)-cabinet ministériel-députation-et pour les plus vernis maroquin ministériel. Le citoyen Besson avait un "vrai" métier et a décidé de s'engager en politique dans le parti dont il se sentait le plus proche, c'est à dire, naturellement pour un social démocrate, le PS. Sa vie, sa liberté il peut et il va la reprendre. Quoiqu'on pense du bonhomme c'est rafraichissant de constater qu'il y a encore des gars qui pensent qu'il y a une vie avant et après la politique.
Dans les années 70, immédiatement avant la conquête du pouvoir il y avait encore beaucoup de militants et cadres du PS qui travaillaient dans le monde de l'entreprise. Forcément, à l'époque ils ne pouvaient pas croûter autrement vu que leurs copains n'étaient pas au pouvoir. C'était des militants de "l'économie sociale", qui rêvaient parfois d'autogestion et parlaient encore de Lip, mais ils étaient encore ancrés dans la réalité. Puis ça s'est gâté, ou ils se sont gâtés on ne sait pas.
Besson nous rapporte ses prises de bec avec son collègue Gaëtan Gorce qui lui balança un jour dans les gencives qu'il se méfiait fondamentalement d'un type qui avait travaillé, comme lui, avec Meissier et en était plutôt fier.
La vie politique française (c'est aussi valable même dans une légèrement moindre mesure à droite) est essentiellement le fait de fonctionnaires ou de permanents politiques ou syndicaux, protégés par un statut. C'est leur métier. Cherchez dans les travées de l'Assemblée les representants de la "vraie vie", les cadres ou les chefs d'entreprise, les artisans et professions libérale...il faut un microscope. Besson est de cette espèce là qui ne peut pas prendre durablement des vessies pour des lanternes. Certains y voient un traitre, moi plutôt un honnête homme.
Il se désole comme des dixaines d'autres responsables qui eux ne peuvent pas vivre sans la politique de ce que le PS reste croupi dans un bain politicien qui l'empêche d'être le parti du mouvement et de la réforme. Il confirme ce que j'écrivais ici il y a peu, à savoir que le PS n'avait effectué aucun travail de fond, progamatique durant ses cinq années d'opposition. La victoire aux régionales est venue trop vite et leur a laissé croire que ce travail était superflu.
Et puis il y a l'affect, bien sûr: Besson, pied noir qui a passé sa jeunesse au Maroc, passionné de football dit avoir compris le geste de Zidane. Il y a des choses avec lesquelles on ne transige pas, par exemple le respect de la famille. Quand ses amis socialistes se sont mis à salir sa vie privée, il leur a filé un méchant coup de boule!

7 commentaires:

Lyserg a dit…

Renseignez-vous avant de parler de microscope !


href="http://www.assemblee-nationale.fr/12/tribun/csp1.asp">Assemblée

Sylvain Attal a dit…

figurez vous que je connais très bien cette liste. Encore faut-il l'analyser. Il est frappant de constater la surrepresentation des agents de la fonctions publique, mais aussi des journalistes, profession "fourre tout" s'il en est, n'importe qui peut se dire journaliste s'il a publié trois lignes dans une feuille de chou..., mais aussi la sous representation des artisans et commerçants mais aussi des ouvriers, employés et cadres du privé qui forment une grande partie du salariat. Ce qui frappe aussi c'est le nombre important des avocats, autre profession fourre tout car nombreux sont ceux qui en vérité n'ont jamais plaidé ni traité le moindre dossier (Mitterrand était enregistré ainsi lorsqu'il était député). Ils ont seulement prêté serment...Il y a beaucoup de médecins aussi, c'est un archétype du notable de province. Je me souviens que dans le 17eme arrondidssement de ma jeunesse, Bernard Pons mentionnait cette qualité sur ses professions de foi. Je n'ai pas souvent croisé ses patients...
Cette liste confirme donc en tout point ce que je disais...si microscope vous paraît exagéré disons qu'il faut une loupe...

FRED a dit…

Cela confirme le precedent article mais comment cela ce passe à l'udf, l'ump ..... ?

Anonyme a dit…

Ca sent trop le règlement de compte immédiat et à chaud pour qu'il soit vraiment pertinent son bouquin à Besson.
Et puis, cher Sylvain, vous évoquez le cas Besson, mais pas la réserve de Simone Veil concernant la proposition de Sarkozy d'un ministère de l'immigration et de l'identité nationale. Pourtant je pense que vous devriez.
Enfin, bien-sûr que l'Assemblée doit compter des membres de tous les horizons, y compris des professions libérales, mais les fonctionnaires sont aussi des représentants de la "vrai vie", comme les autres. Comme on dit, il faut de tout pour faire un monde... Et je persiste à penser qu'une société avec des services publics à l'anglo-saxonne n'est pas applicable en l'état en France. Le système Danois me semble plus proche de nos valeurs et de notre histoire.

Anonyme a dit…

Besson a à peu près la même tête que vous. Il a l'air sympa. Vous êtes bien coiffé.

Anonyme a dit…

Ok pour Besson. Donc à quand un post sur le livre de Bégag et son "coup de boule" à Sarkozy...

Sylvain Attal a dit…

Le livre de Besson n'est pas un simple réglement de compte. J'y ai trouvé une vrai réflexion programatique sur ce que doit être la gauche responsable au pouvoir.
Le livre de Begag, d'après ce que j'en sais relève de la cour de récréation. Pardon de ne pas en avoir fait écho...