Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

12 mai 2005

Le rapport Obin, enfin!

Près d'un an après sa remise, le rapport Obin est enfin disponible sur le site du ministère de l'Education Nationale! Vous n'avez aucune idée de ce dont il s'agit, et pour cause! Je suis encore, à ce jour, le seul journaliste à en avoir rendu compte, sur Proche-orient .info : record mondial du scoop! Je n'en tire aucune gloire. C'est une amie prof et militante à la LICRA qui me l'avait communiqué et j'avais tardé plusieurs semaines avant de m'y plonger.
Pour ceux d'entre-vous qui ne seraient pas abonnés à ce journal en ligne, quelques mots d'explication s'imposent: Il s'agit d'un rapport officiel de l'inspection générale de l'éducation nationale sur les "signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires." Fruit d'un travail méthodique (21 départements, une soixantaine d'établissements), les enquêteurs dirigés par Jean-Pierre Obin décrivent une généralisation de la contestation des usages et des prescriptions laïques et républicaines, un prosélytisme galopant. Dans ce tableau noir et inquiétant, dont une phrase, lucide et courageuse (inconsciente?), a dû particulièrement paniquer le ministère: Ces manifestations de rejet, de contestation de plus en plus systématique du contenu des enseignements, sont "
exceptionnellement le fait du christianisme, parfois du judaïsme, le plus souvent de l'Islam."
Ce rapport ne fait que confirmer ce que savaient depuis longtemps tous ceux qui se sont intéressés à la question de l'islamisation de la jeunesse, mais cette fois il ne s'agit plus d'un livre de sociologue ou d'une enquête de journaliste. Cela vient de l'Education Nationale elle-même et au plus haut niveau!
Pourquoi, dans ces conditions ce rapport a-t-il été relégué au fond d'un tiroir pendant près d'un an? Selon un ancien conseiller de Jack Lang, lui-même inspecteur, tout simplement "
parce que le ministère a eu peur". Peur de voir la réalité en face. A savoir: violences psychologiques voire physiques exercées par les barbus sur les femmes musulmanes qui seraient tentées de s'écarter du "droit chemin". Le rapport parle de "mise sous surveillance", d'une phobie de la mixité, d'un objectif "ségrégationniste". Au dérives connues (mépris de l'enseignement des sciences de la vie ou de la gym), il en déplore d'autres plus inattendues comme le refus de chanter, de jouer de la musique, de dessiner des visages, celà dès l'école maternelle! L'instauration de toilettes réservées aux seuls musulmans, et même, en mathématique, le refus par certains élèves de tracer le signe +, parce que ressemblant trop à une croix! Encore une fois, il ne s'agit pas là d'anecdotes mais de pratiques qui se répètent d'un bout à l'autre de la France.
Quand à la question de l'antisémitisme, le rapport fait ce terrible constat: "
En France, les enfants juifs, et ils sont les seuls dans ce cas, ne peuvent plus être scolarisés dans n'importe quel endroit."
Face à ces manifestations, le rapport s'inquiète du nombre de plus en plus grand d'enseignants, en particulier les plus jeunes, qui sont tentés par la résignation, ou pire par le relativisme: Ceux-là acceptent de considérer la théorie de l'évolution comme "
une croyance parmi d'autres", ou de se référer au Coran (édition bilingue car les élèves n'ont pas confiance dans les traductions) pour trancher sur ce que dit ou ne dit pas l'Islam de telle ou telle question. Bref, ces enseignants là, laissent la religion envahir l'école, pourtant décrite comme le dernier bastion de résistance de la laïcité dans des quartiers déjà transformés en ghettos religieux (et plus seulement ethniques). Parmi ceux-là, j'en suis sûr, beaucoup appellent à voter "NON" à la constitution au prétexte (fallacieux) qu'elle remettrait en cause la laïcité!
Face à cette déferlante, Obin plaide pour la "
lucidité et le courage". notant que c'est là où l'on a transigé (par exemple sur le voile) qu'ont été constatées les dérives les plus graves.
Un an après, le rapport est publié mais l'éteignoir maintenu. Et comment réagissent ceux, comme les parents d'élèves de la FCPE, qui sont sensés se battre pour défendre la laïcité? Ils interprètent cette maigre et tardive publicité comme "
un signe politique"! et qualifient ceux qui en ont parlé (moi, donc) "d'extrémistes". N'en déplaise à ces belles âmes en perte de sens et de repères, pour l'instant, le rapport Obin n'a pas reçu la réponse politique (ni même journalistique) qu'il mérite.

6 commentaires:

all a dit…

Désolé pour le scoop il y a longtemps que la nouvelle est publiée sur le net et commentée dans les fora.
Le premier a en avoir parlé est TFI en Juillet 2004 (voir la date des commentaires).
L'info et le rapport furent ensuite publiés sur France-échos, Occidentalis, Polémia qui sont des sites nationalistes et racistes masquant leurs messages derrière une discours anti-islamique. Et qui reprennent grandement les vaticinations de Daniel Pipes dont la traduction française est assurée par Guy Millière qui opère sur LybertY Vox (le monde est petit)
Ces sites web français sont la résurgence de la nébuleuse raciste Lyberty-Web interdite par la justice (DYOG)
Et OBIN dans tout ça ? Le moins qu'on puisse dire est qu'il est une militant engagé, le lire sur www.rosenczveig.com d'où je le cite :
« Nous assistons aujourd'hui a un réinvestissement du signe par des courants religieux musulmans fondamentalistes (...) dans une lutte pour la suprématie interne sur le monde musulman et, pour leurs plus fanatiques partisans, dans une utopie de destruction de la modernité occidentale et de transformation de la planète en une vaste théocratie totalitaire5...°Pour moi la question du voile est donc un combat, ou plutôt une toute petite partie d'un combat, entre la tradition et la modernité, entre l'archaïsme et le Progrès, entre l'obscurantisme et les Lumières, entre la liberté et le totalitarisme (...). Alors évidemment on peut faire du juridisme et camper sur "le respect du droit", mais le droit n'existe pas en luisette, il est le fruit d'une réflexion et d'une élaboration politiques.5...°C'est un combat idéologique, politique, culturel, et donc éducatif dont l'école ne peut être absente »

Je dis tout net que ce rapport est un torchon

Mathias a dit…

Arguments inédits contre le TCE, par Thibaut de la Hosseraye
http://www.ineditspourlenon.com/

RESUME DES ARGUMENTS


La France est reconnue, distinguable dans le monde non seulement pour les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité issus de 1789, mais aussi pour la spécificité du projet social, issu de la Résistance, qui en découle. Sur ce fondement :





• L’argument 1 montre qu'un rejet par la France du projet de Constitution aurait une signification particulière : cela signifiera l’exigence de plus de social dans le projet européen. D'où sa valeur éminemment positive, constructive.

• L’argument 2 constate que, entre partisans du Oui et ceux du Non, il y a accord sur le sujet du désaccord : tous reconnaissent que c’est le contenu libéral de la partie III du projet de Constitution qui pose problème.

• L’argument 3 montre que le sens du Non souverainiste est lui aussi anti-libéral.

• L’argument 4 constate cette homogénéité du Non et relève, a contrario, la différence de fond entre le Oui de droite et le Oui de gauche : l’un accepte telle quelle la forme de libéralisme consacrée par la Constitution, l’autre prétend pouvoir la corriger.

• L’argument 5 montre que, en raison de la signification sociale d'un Non français, la gauche prend un risque stratégique majeur à soutenir le Oui: celui de laisser l'initiative du Non à un pays lui donnant un moindre sens social.

• L’argument 6 montre que l'argument précédent n'est jamais invoqué précisément parce qu'une Constitution plus libérale encore paraît, même à la gauche, difficilement réalisable.

• L’argument 7 montre qu’en vertu de sa subordination explicite aux législations nationales, la Charte des droits fondamentaux n’a aucune valeur normative : elle n’est pas juridiquement contraignante pour les Etats membres.

• L’argument 8 relève que puisque c’est le contenu libéral de la partie III de la Constitution qui fait le plus débat et qui apparaît comme le point décisif au sujet duquel vont s’exprimer les électeurs, ce serait un déni de démocratie particulièrement flagrant que de l’appliquer quelle que soit l’issue du vote, en tenant pour rien l’expression de la volonté populaire.

• L’argument 9 montre que l’on a mis les électeurs devant un fait accompli : la libéralisation à outrance de l’économie européenne. En leur expliquant que plus rien ne peut être fait contre cela même pour quoi on leur demande pourtant de voter, on leur demande en réalité d’ériger un fait en droit.

• Les arguments 10 et 11 montrent que les dirigeants qui aujourd’hui prétendent toute renégociation de la Constitution inenvisageable se discréditent d’avance pour une éventuelle renégociation demain. En cela, le vote du 29 mai est bien aussi un enjeu de politique nationale, sur le choix de nos dirigeants de demain.

• L’argument 12 relève combien la dénonciation d'un "débat franco-français" à propos du débat sur la Constitution manifeste une conception de l'Europe négatrice des identités nationales.

• L’argument 13 montre que le contenu exclusivement libéral du projet de Constitution conduit à une dilution de l’Europe, en ne distinguant aucunement le libre-échange régissant les rapports entre ses Etats membres de celui promu, hors d'elle, par la mondialisation(15).

• L’argument 14 montre que l’attachement définitif à l’OTAN signe l’arrêt de mort du projet d’Europe européenne.

• L'argument 15 montre que les bienfaits de l’Europe vantés par les partisans du Oui plaident au contraire pour le rejet de cette Constitution.

• L'argument 16 montre en quel sens on est conduit à dire que cette Constitution n'a d'autre finalité que de subvertir même les fondements de l'état de droit.

• Les argument 17, 18 et 19 exposent comment les partisans d’un « Oui de gauche » pratiquent sciemment la politique du pire pour mieux s’imposer dans la politique nationale. Leurs arguments pour rejeter la directive Bolkestein en sont une parfaite illustration.

TITI a dit…

liberty vox porte bien sonnom et n'est nullement raciste , il s'oppose a la vague islamo gauchiste qui succede a l'esprit de vichy

Libertyvox a dit…

Monsieur,
Vous venez d'insinuer que notre site http://www.libertyvox.com est, je cite: "une résurgence de la nébuleuse raciste Lyberty-web"...
Outre l'aspect totalement fantaisiste de votre allégation, nous nous demandons bien ce qui peut vous permettre de l’affirmer... Nous serions donc curieux que vous nous citiez le moindre article, la moindre phrase extraite de notre site, vous permettant de nous qualifier de "nationalistes et racistes".
Libertyvox, dans plusieurs articles, a clairement affirmé sont anti-islamisme, notamment dans deux articles de défense de l'historienne Bat Ye'or, mise en cause par Malek Chebel dans le Point. Notre ligne éditoriale est certes Atlantiste, favorable à Georges Bush, pro-israélienne et résolument anti-totalitaire, et l’islamisme est un totalitarisme, mais cela suffit-il pour que vous nous diffamiez de la sorte?
Commencez donc par nous lire, et en particulier notre éditorial figurant “A la Une”, pour vous faire une idée moins calomnieuse de ce que nous sommes.
Bien à vous
La Rédaction
Libertyvox

La rédaction de France-Echos a dit…

"All", citez UNE SEULE PHRASE "raciste" de France-Echos, apportez UNE SEULE PREUVE de son rapport avec "Liberty-Web" (et non "Lyberty"), etc... ou taisez-vous à jamais !

Vous faites comme les terroristes intellectuels : vous diffamez les auteurs au lieu d'argumenter sur le fond. Lamentable !

Anonyme a dit…

Merci pour cet excellent article et pour votre courage !