Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

21 juin 2005

Le combat de Christophe Grébert

Le procès en diffamation intenté, aujourd'hui, par la mairie de Puteaux au bloggeur Christophe Grébert est une première, Clochemerle à l'heure numérique, variante moderne du "pot de fer contre le pot de terre".
Je ne sais pas si elle doit inquiéter, comme l'écrit Libération de ce matin, ou si, au contraire, elle fera date dans notre aventure collective. Toute notre solidarité va en tout cas à ce bloggeur remarquable, pionnier d'un nouveau journalisme. Grâce à Monputeaux.com, il fait ce qu'aucune presse locale n'a jamais réussi à faire: une information citoyenne, exigente, sans concession. J'y retrouve un peu ce qui fut l'esprit "d'Argent Public".
Certes, il ne cache pas qu'il est un opposant politique à la mairie UMP de Puteaux, mais quelle importance? Nous avons besoin d'une presse d'opinion qui soit en même temps une presse d'information. A condition de bien séparer les deux évidement.
Les blogs sont, fort heureusement, soumis aux mêmes textes et à la même jurisprudence que les sites internet, c'est à dire, en gros, aux lois sur la presse. Je ne sais pas si Grébert a commis des erreurs qui pourraient l'exposer à une condamnation. Mais je sais, en revanche, que les journalistes "fouineurs" seront de plus en plus soumis au harcèlement juridique des puissants auxquels ils s'attaquent, pour tenter de les faire taire.
Le magistère de la presse se craquelle, on le voit à la baisse des ventes et du lectorat qui s'explique par un manque d'intérêt de plus en plus manifeste du public pour les sujets abordés, un excès de connivence, un manque d'indépendance et aussi de proximité. Mais les bloggeurs n'ont pas encore pris le relais.
Indépendants,par définition, ils seront particulièrement vulnérables à ce type d'intimidation. Il n'est pas facile de se retrouver, tout seul, du jour au lendemain devant la 17ème chambre correctionnelle de Paris!
Nécessairement les bloggeurs-journalistes, catégorie qui est appelée à se développer, devront songer à une forme de mutuelle juridique qui conseille et assiste les auteurs en cas d'action contre eux. Malgré l'élan de solidarité de la bloggosphère, Christophe n'a pu couvrir qu'une toute petite partie de ses frais de justice, ce qui posera aussi le problème de l'indépendance financière des blogs et à terme de la publicité. Bref, les blogs vont connaître une histoire semblable à celle du développement de la presse écrite au XIXème siècle, avec les mêmes problèmes de conscience, et c'est bien ce qui est excitant! Nous n'en sommes qu'au début.

4 commentaires:

all a dit…

Bonjour,
La responsabilité du blogueur est définie dans l'article 6 de la LCEN
Lire à ce sujet l'excellent billet de Maître Eolas

vilain petit crapaud a dit…

Bonjour Sylvain
J'aime beaucoup votre blog(que jaie connu après avoir commencé le mien)
Un blog est un vrai terrain de liberté pour s'exprimer.
J'invite tout le mode à visiter le mien:
http://droitaladifference.blogspot.com
Pouvez vous s'il vous plait me contacter par e mail en privé,j'aimerais dialoguer en privé avec vous pour que vous me donniez quelques conseils Merci beaucoup

Très amacalement Francis

Denis a dit…

Nostalgie
Pour une fois ce sera rapide et je m'en excuse à l'avance. Les "nonistes" devront non seulement nous expliquer ou est leur fameux "plan B", mais aussi pourquoi, subitement, une grande majorité de Français regrettent le franc.
----------------------------

Bonjour,
Un plan B voulait dire qu’il est possible qu’il y ait une autre solution que de constitutionnaliser des politiques libérales sans la possibilité d’aider les pays entrants à élever leurs niveaux sociaux et économiques. Comme aucune harmonisation sociale et fiscale était possible selon ce texte (je ne vous citerai pas les articles, je pense que vous les connaissez), ces différents pays entrants n’avaient qu’une possibilité pour s’enrichir : jouer sur le coût du travail et baisser les impôts : cela s’appelle du dumping social et fiscal et nos états riches ayant un niveau de protection social élevé n’auraient eu comme choix : perdre de l’emploi et s’appauvrir ou baisser le coût du travail et les impôts, cela revenant à baisser notre niveau de protection social. Mettre en concurrence les peuples, les états, n’est pas garant de stabilité et de paix. Pour revenir au plan B, il est évident à moins d’être mauvais perdant, qu’il n’allait pas sortir comme cela clef en main. Attendons …

------------------

C'est une situation qui était tout à fait inimaginable avant le réferendum et qui montre que nous avons perdu beaucoup plus qu'un projet de "constitution" hautement perfectible.

----------------------------

Soyons concret : Citez moi les articles de cette constitution que montre que ce texte est « hautement perfectible », c'est-à-dire que l’on peut le faire évoluer facilement, selon vos termes ….
Encore une fois, citez moi les articles. Quand on voit l’impasse de négociation du budget européen à l’unanimité, on a du mal à croire que ce texte était hautement perfectible …
Une dernière chose, il est plus facile de faire l’Europe dans les cabinets et dans les médias sans les peuples qu’avec les peuples qui ont une expérience et un certain recul des différents politiques européennes …
En espérant une réponse, je suis profondément européen.
Je continue de vous écouter sur RTL …

Denis

-------------------------


Le conseil européen de Bruxelles s'est, en revanche, terminé sur la consécration des égoïsmes nationaux que des esprits plus avertis avaient prévu et une victoire britannique assez peu glorieuse.

Christophe Grébert a dit…

Merci pour votre soutien. Je suis jugé dans 9 jours, le vendredi 3 février