Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

23 juin 2005

Peut-on juger le Coran?



La relaxe de l'imam salafiste de Vénissieux est choquante, insultante. Comme si la justice ne trouvait rien de répréhensible à ses propos sur les femmes, et qu'au moins de manière tacite elle laissait libre les musulmans de croire qu'au nom de leur foi, il avaient le droit de battre leur femme. De croire, car bien sûr s'il venait à l'un d'eux l'idée de passer à l'acte, et si par extraordinaire son épouse se plaignait devant la justice, il subirait évidement les foudres de la loi française.
En réalité, cette affaire souligne la difficulté de plus en plus grande, pour les juges, de qualifier ces délits "d'opinion". On l'a déjà vu ça avec les démêlés de Dieudonné et de Le Pen, pour antisémitisme. Sauf quand l'injure, l'incitation à la haine raciale, à la discrimination sexuelle, la diffamation, l'homophobie, sont au premier degré, il est toujours plus facile pour les magistrats de ne pas sembler prendre partie dans des controverses politiques, pire, de paraître porter des jugements de valeurs sur des convictions religieuses.
Dans le cas de l'imam Bouziane, le problème ce n'est pas ce qu'il dit, c'est que le Coran le dise!
En effet, Il n'a fait, très exactement, que dire ce qui est écrit noir sur blanc dans le Coran. Or il est déjà très difficile, voire même impossible, pour un journaliste de porter publiquement un jugement sur ce texte sacré, intouchable aux yeux des musulmans, surtout par un "impur",
sans s'exposer à l'épithète infamante "d'islamophobe", alors imaginez pour un juge! La seule chose qui restera de ce jugement c'est que les magistrats se sont ridiculisés, en particulier lorsqu'ls estiment benoitement que: "Cet homme de religion s'est limité à expliquer ce que dit sa religion au travers du Coran. "puis, plus loin: "Evidemment, ce n'est pas l'Islam des lumières, mais le tribunal n'a pas à entrer dans ces considérations." (!) Ah! l'Islam des lumières! Malheureusement on ne sent pas une énorme nostalgie de cet Islam là dans le monde musulman contemporain...
Sur de nombreux points, le Coran est en contradiction flagrante avec nos valeurs républicaines, ou simplement démocratiques. Il n'est pas le seul texte religieux dans ce cas. On pourrait en dire autant de certains passage de la Thora, l'ancien testament, qui n'est pas un chef d'oeuvre de tolérance! Les évangiles passeraient, eux, plutôt mieux l'examen de conformité démocratique, puisqu'il s'agit d'un texte "libérateur", assez révolutionnaire en fait, on dirait aujourd'hui qu'il est d'inspiration "progressiste".
Mais la grande différence entre la Thora et le Coran, c'est que je connais peu de Juifs qui entendent l'appliquer à la lettre, l'imposer aux non-croyants, à part peut-être quelques ultra-orthodoxes en Israël. C'est d'ailleurs un problème de plus en plus sérieux pour les laïcs en Israël. Or on le sait, le problème de l'Islam, travaillé par l'intégrisme, en particulier par sa version salafiste, c'est qu'il croit à la supériorité du Coran sur tout autre constitution civile, que le retour à l'interprétation littérale est, pour lui, seule à même de rendre aux Musulmans leur dignité et à la "Oumma" sa gloire passée, qu'il ne fait aucune séparation entre le religieux et le politique, le domaine public et le domaine privé.
Il faut maintenant se faire une raison: l'imam relaxé va très certainement rentrer en France, blanchi. Il était de toute manière difficile d'empêcher un homme de revoir ses enfants qui sont, eux, Français et qui n'ont pas les moyens d'aller le voir en Algérie. Surtout qu'il a d'ores et déjà annoncé qu'il se tiendrait désormais éloigné de la mosquée pour ne pas faire de vagues. L'expulsion qui pouvait être justifiée sous le coup de l'émotion suscitée par les propos de Bouziane, n'est pas ici la sanction qui convient dans le temps. Demain, si un imam français tient des propos du même tonneau, où l'expulsera-t-on? Que l'on me comprenne bien, contrairement à la Ligue des Droits de l'Homme, je ne tiens pas cet imam pour une "victime", je pense simplement que nous faisons fausse route si nous croyons que la réponse est d'ordre judiciaire.
Oui mais alors, direz-vous, quelle sanction?
Seule la sanction politique et morale est appropriée.
C'est d'abord- Sarkozy a raison sur ce point- à l'Islam français de se prononcer clairement sur ces affaires dans lesquelles le Coran contredit les principes laïcs, au delà même du cas de Bouziane, ce qu'il n'a pas fait, en tout cas pas assez nettement. C'est à l'Islam français de montrer qu'il se "dissout" dans la République. Toutes les autres religions ont du passer sous cette toise. Or, aujourd'hui, il existe beaucoup trop de courants de pensée dans l'Islam de France qui entendent, au contraire faire céder la République.
C'est à nous, enfin, de poser la question de la compatibilité de l'Islam avec la démocratie, des conditions de son intégration dans le projet européen. Or ce débat est systématiquement escamoté, par peur des conséquences, exactement comme l'on escamoté les juges dans l'affaire Bouziane, parce qu'ils ne sont que le reflet de la société dans laquelle il vivent. On ne peut leur faire supporter les conséquences d'un manque de courage politique.
D'un point de vue strictement juridique, en tout cas, les juges étaient obligés de constater que les propos litigieux n'avaient pas été tenus spontanément mais avaient été sollicités, que l'imam avait pris soin de faire la différence entre ce que dit le Coran et ce que dit la loi française, qu'il n'avait pas bien compris le sens du mot "lapidation" ( le journaliste lui avait dit qu'il signifiait "battre sa femme") et que, de surcroît, ses propos n'avaient été retranscrits ni intégralement, ni littéralement. Comme chacun a pu constater qu'il s'agissait d'un homme frustre, il était facile de conclure qu'il était tombé dans un traquenard journalistique. Encore une fois il est injuste de faire peser sur un homme ce que l'on peut et doit reprocher au Coran. Mais, de nouveau, peut-on juger le Coran?

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Oui, on peut juger le Coran,tout comme on peut juger l'Ancien Testatement et la Torah, qui contiennent des dizaines de passages incitant aux meurtre et à la haine. Le Talmud et la Torah, pris littéralement, sont tout aussi incompatibles avec nos valeurs républicaines.
Le danger n'est donc pas dans l'Islam ou dans le Coran, mais dans toute lecture littéraliste de textes sacrés datant de plusieurs siècles

Anonyme a dit…

Juger ou non le Coran, je veux bien que ça se discute mais je comprends moins qu'on ne poursuive pas cet homme pour polygamie . Et qu'en plus la ville de Lyon ferme les yeux et facilite sa polygamie, connue, attestée et revendiquée, en mettant à sa disposition un logement adéquat , là je me dis qu'on marche sur la tête..Catherine A.

all a dit…

En tant que Chrétien je fais le rapprochement avec une sujet sur l'avortement proposé au Bac ; des catholiques condamnent ce sujet et vont peut-être demander l'annulation de l'épreuve, alors que 1)l'avortement est légal 2)la question fait partie du programme scolaire lire ici
Quand la religion prétend commander la République c'est un non-sens, puisque le corollaire n'existe pas (laïcité).

Bouziane fait comme Dieudonné et bien d'autres, il surfe sur la limite. Les citations, les références, les allusions, le non-dit, le langage « codé »... Pas simple pour les juges. En matière pénale il faut qu'un délit soit qualifié au millimètre près pour condamner, c'est pas toujours facile.

Raphaël a dit…

Bonjour, Sylvain.
D'après JG sur son blog : http://u-blog.net/Anyhow/note/378 "en 2012, l'année des Jeux Olympiques de Londres (oui, Londres et pas Paris, je suis désolé Bertrand Delanoë, c'est une autre information que je vous livre au passage)." Qu'en penses-tu ?
Chabath chalom.
Raph.

Anonyme a dit…

Il ne faut pas mettre toutes les religions dans le meme sac par "politically correctness" . Je vous signale qu'un des fondements du Judaisme, c'est "Dina de Malkhouta Dina" = la loi du pays dans lequel tu vis est la Loi.
Ce qui pose de facon tout a fait claire les limites entre les domaines. Et le judaisme n'a pas attendu la naissance de la Republique (francaise ou autre) pour promulguer ce commandement, puisqu'il existe depuis l'Antiquite, exprime dans la Loi orale (Talmud) qui vient expliquer et commenter la Tora (loi ecrite). Alors SVP, pas d'amalagame par demago.

Anonyme a dit…

Célà vous fait B.....de critiquer encore et encore l'ISLAM,bien sur votre religion "la torah" est la meilleure,votre peuple est "elu"tous les autres sont que des goys célà veut dire sous homme n'est ce pas que certains milieux religieux parlent de cette façon.N'est il pas vrai que des religieux juifs prient tous les matins on disant"je remerçie Dieu de ne pas m'avoir fait femme"?????

DP a dit…

Votre analyse de cette décision du juge est simpliste. Il y a régulièrement des personnes "relaxées" par la justice alors que leurs propos, ou pire leurs actes, sont en contradiction flagrante avec des valeurs communément adoptées telles que les droits de l'homme, la laïcité ou même la démocratie. Cela ne relève pas nécessairement d'une prétendue "peur" des magistrats d'intervenir dans un débat de société mais du droit tel qu'il existe et de la justice telle qu'elle fonctionne. Ce n'est pas parfait. Mais on ne peut attendre du droit et des juges qu'ils agissent en fonction de notre interprétation des textes et des valeurs qui les fondent, surtout pas à la lumière des polémiques entretenues par les médias.

En outre votre conclusion est affligeante : "les musulmans vont croire qu'ils peuvent battre leur femme". Vous mélangez tout. Lorsque des membres du Ku-Klux-Klan sont "relaxés" alors qu'ils ont tabassé quelqu'un, comme cela s'est produit plusieurs fois aux USA, pensez-vous que les millions de catholiques américains se sentent enfin libres de lyncher tous les noirs qu'ils rencontrent au nom de leur foi ?

Ce que vous écrivez témoigne d'une connaissance superficielle (au mieux) de l'Islam, essentiellement nourrie par la presse. Si ce n'est pas le cas, vous vous exprimez mal. Vos suppositions sur l'invalidité démocratique du Coran, l'intolérance des musulmans face aux "impurs", le "problème de l'Islam" etc. sont autant de clichés qui, loin d'alimenter le nécessaire débat sur ces sujets, le réduisent à une dispute d'ignorants petits soldats du clavier.

Par ailleurs les "grandes différences" entre les textes sacrés ne se mesurent pas au nombre de leurs fondamentalistes respectifs !

Pour répondre donc à votre question finale : avant de juger le Coran et les musulmans, je vous invite à faire connaissance avec eux et à discuter, longuement, sérieusement, en faisant l'effort de ne pas vous laisser aveugler par l'actualité et en remettant en question vos propres convictions.

Une vraie discussion habermassienne, comme on en trouve souvent chez nous, dans la tradition juive ;-) Pour ce qui est de juger...

Cordialement,

DP

DS a dit…

D'abord, il y aurait beaucoup à redire sur l'attitude du journaliste qui a (facilement) embrouillé l'imam pour lui faire dire ce qu'il voulait entendre et vendre un bon papier bien scandaleux. Pas très déontologique. Ensuite, pour en revenir au problème du droit ou non de frapper sa femme, les "autoritas" y sont opposés, comme on le constate dans ce texte : "Le Coran ordonne-t-il de frapper la femme ?".

Anonyme a dit…

je ne connais pas de rabbins ou de pretre en France qui aient, ne serait ce une seule fois, proclamer la necessite de la lapidation ou de la violence. Ces 2 religions ont trouve leur place en France et dans beaucoup de democratie. Peut on en dire de meme avec l Islam? Je ne le crois pas.

Anonyme a dit…

Le pays en EUROPE ou les femmes sont les plus battues est ESPAGNE.Pourtant ce pays n'est pas musuluman.Vous etes aveuglés par vos prejugés et votre haine

Anonyme a dit…

Je ne suis ni Habermassien ni kunderien en revanche je voudrais faire deux remarques :

dp a dit"Lorsque des membres du Ku-Klux-Klan sont "relaxés" alors qu'ils ont tabassé quelqu'un, comme cela s'est produit plusieurs fois aux USA, pensez-vous que les millions de catholiques américains se sentent enfin libres de lyncher tous les noirs qu'ils rencontrent au nom de leur foi ? "

----------> Je ne pense pas que le klu-klux-klan mettent en exergue des passages des évangiles stipulant de massacrer les noirs. Tout comme je ne pense pas que l'idéologie du ku-klux-klan repose sur une idéologie religieuse mais plutôt raciale. Nb : je ne pense pas non plus que le ku-klux-klan rassemble des catholiques ( mais plus surement des protestants à moins que cela soit des catholiques ayant une haine de soi assez exacerbée)



"Vos suppositions sur l'invalidité démocratique du Coran, l'intolérance des musulmans face aux "impurs", le "problème de l'Islam" etc. sont autant de clichés qui, loin d'alimenter le nécessaire débat sur ces sujets, le réduisent à une dispute d'ignorants petits soldats du clavier. "


-----------------> Il serait judicieux que vous nous fassiez part de votre culture sur l'islam aux ignorants que nous sommes. J'ose espérer que la pertinence de vos remarques seront à la hauteur de ce que vous laissez entendre(nb :j'espère que votre connaissance de l'islam est meilleure que celle du klu-klux-klan)
Si vous êtes vraiment adepte du débat démocratique il vous faudra peut être argumenter sur le fond avant de vous lancer dans des invectives sur les personnes


" Le pays en EUROPE ou les femmes sont les plus battues est ESPAGNE.Pourtant ce pays n'est pas musuluman.Vous etes aveuglés par vos prejugés et votre haine "



---------------------->

Vous avez raison si vous considérez que la Turquie n'appartient pas à l'Europe(tout comme
l' Albanie, selon des statistiques enregistrées, la moyenne des femmes battues par leur époux se situerait entre 40 et 80 %. (ONU - 1999)


ANKARA, 21 oct (AFP)

Près de 40% des femmes turques pensent qu'il "est du droit" de leur époux de les battre pour des raisons les plus diverses comme négliger ses enfants ou tout simplement tenir tête à son mari, selon une étude, cité jeudi par l'agence de presse Anatolie.

http://www.amnesty.lu/agissez/campagn/pres_eu/action/eu_turqui_action.htm

En Turquie, comme dans de nombreux autres pays, des milliers de femmes sont quotidiennement victimes de violations de leurs droits fondamentaux. Selon les estimations d’Amnesty International, entre un tiers et la moitié des femmes turques seraient victimes de violences physiques au sein de leur famille.

Les statistiques sur la violence domestique sont, comme dans bien d’autres pays, fort rares. Seules quelques études permettent de cerner l’ampleur du phénomène. Ainsi, en 1996, lors d’un sondage mené auprès de femmes issues des couches moyenne et supérieure de la population, 23% d’entre elles ont déclaré subir des violences de la part de leur mari. Quand on leur a posé des questions concernant les formes spécifiques de violence, ce chiffre est passé à 71% !! Une autre étude a révélé que, sur 40 femmes décédées de mort violente, 34 d’entre elles étaient mortes à la maison, dont 20 par pendaison ou empoisonnement. 20 femmes présentaient des indices clairs de meurtre et 10 avaient été victimes de violence domestique avant leur mort
Ces remarques n'empêchent pas de relativiser les chiffres des femmes battues en Espagne.


Pour revenir à Dp : Il ne s'agit pas de " polémiques entretenues par les médias". Je ne pense pas que l'incitation à battre sa femme soit une polémique tout comme je ne pense pas que la loi commune peut être subordonnée à une loi particulariste mais bien entendu TOUT EST RELATIF et ce qui me semble aller de soi peut très bien être insignifiant à vos yeux


La perte de rigueur des enseignements scientifiques, signalée par nos plus grands mathématiciens, a rendu poreuse la frontière du savoir et du croire. Cette rupture peut faire craindre la naissance de générations en qui l'esprit critique aura été remplacé par une adhésion vague à la "tolérance"."
(Danièle Sallenave)

Anonyme a dit…

Juger le Coran? je ne sais pas... Mais enfermer les gens dans les ecoles pretendument "coraniques" alors qu'elles existent pour manipuler des esprits, et fabriquer des kamikazes à la chaîne, cela ne correspond-il pas à un délit recensé par les Droits de l'Homme? Nous punissons bien les enfermeurs de secte.. sauf que, voilà, dans ce cas c'est une religion qui fait ça...Mais où commence la secte, ou finit la religion???

Anonyme a dit…

bonjour

CE monsieur bouziane à le droit de penser ce qu'il veux et à le droit d'avoir des propos extrémistes ou inacceptables.
Il y'a des extrémistes partout (des francais nazis, et oui ca existe...). Cet imane ne parle que pour lui même et je suis choqué que l'on assimule cet personne à tout les arabes. Par ailleurs, certains ultra nationalistes utilisent ce genres de propos pour créer des clichés (l'arabe polygame, l'arabe qui fouette sa femme, l'arabe qui force sa femme à porter une burqa...).
Bref pour l'incident qui a été créer, c'est le journal qui est responsable car le journal a délibérement choisi d'interoger un ultra conservateur arabe.
Si ce même journal interogeait un nazi complétement inconnu et que ce nazi tiens des propos très raciste, on s'en prendrait plus au journal.