Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

03 juin 2005

Les deux populismes

Echange, mercredi, sur RTL, avec Denis Tillinac. Ce qui m'inquiète le plus, dis-je, dans la victoire du "Non", c'est l'apparition d'un populisme de gauche, décomplexé, qui n'hésite pas à se mélanger avec le populisme lepéniste par pur opportunisme. Tillinac reprend la balle au bond et me fait observer que cette évolution n'est pas nouvelle. Il invoque l'antisémitisme de l'extrême gauche à travers le soutien romantique à la cause palestinienne. (écoutez l'émission du 1er Juin) Ce que Luc Rozensweig appelle justement dans son pamphlet "Lettre à mes amis pro-palestiniens" (Doc en stock, La Martinière), "la propalestine", territoire mental ayant particulièrement élu domicile en France (Voir l'épisode de la mort d'Arafat, veillé tel un saint) et qui empêche la Palestine, Etat-Nation, de voir le jour.
Je n'avais pas pensé à faire ce lien mais, plus j'y pense, plus il me semble pertinent. Les amis de cette "propalestine", que l'on trouve aussi bien au PS, au PCF, chez les verts, à la LCR... qu'au Front National, ont voté Non. En dignes émules de Jean Genet, ils n'aiment rien tant que le palestinien mort, si possible supplicié par un soldat Juif, qu'ils peuvent d'autant mieux nazifier. Que les palestiniens, dans un futur compromis (quelle horreur!) puissent un jour se prendre en charge, en fondant un Etat ne les intéresse guère. Ce qu'ils aiment dans la cause palestinienne-ce qu'ils aimaient plutôt avec Arafat, car on voit bien que Mahmoud Abbas avec sa civilité les laisse complètement froid-c'est justement le mythe révolutionnaire "néo-guevariste" qu'elle est capable de charrier, quand ce n'est pas tout simplement la possibilité d'exprimer un antisémitisme vertueux car habillé d'antisionisme "droit-de-l'hommiste".
Et j'entrevois là ce que je m'évertuais à expliquer lors de la parution de mon livre sur l'antisémitisme: Ce n'est pas une affaire qui ne concerne que les Juifs. Qu'une telle résurgence se manifeste aujourd'hui en dit long sur la décomposition de notre démocratie, et préfigure une nouvelle montée des périls en Europe. Elle doit nous alerter plus que jamais sur le risque totalitaire qu'elle porte en germe. Cela d'autant plus que les démocrates, indécrottablement corrompus, et/ou seulement intéressés par la préservation de leur prébendes républicaines (qui croit encore à la "nouvelle impulsion"?), se montrent prisonniers de leur démagogie.
Après Jean-Marie Colombani, dans Le Monde, Serge July dans Libération, et Elisabeth Schemla dans "Proche-Orient Info" qui ont eux aussi- et courageusement car à contre-courant de leur lectorat- alerté sur les relents de "moisi" (Schemla), voire de xénophobie (July), contenus dans ce "Non", ce propos va certainement me valoir des injures de la part d'électeurs du Non qui ne supporteront pas d'être ainsi assimilés à des antisémites. (voir les réactions à l'edito d'Elisabeth Schemla,)
Je dis tout de suite que tel n'est évidement pas mon intention. Je ne croit pas qu'ils en soient conscient et ne porte aucun jugement sur leur vote. Leurs raisons de voter Non étaient souvent respectables, qu'il s'agisse de la volonté de sanctionner le principal responsable de l'état de la France, Jacques Chirac, de la précarité qu'ils subissent, de leurs critiques contre la politique économique menée en Europe, du déficit démocratique ayant entouré l'élargissement, de la crainte de voire entrer la Turquie, du mépris de plus en plus intolérable des élites politiques envers le peuple etc...Je partage même la plupart de ces inquiétudes. Je pense seulement que ces électeurs n'ont pas compris qu'ils étaient instrumentalisés par des cyniques (Fabius), ou par des nostalgiques de la terreur révolutionnaire (je rappelle que quelqu'un comme Mélenchon, qui n'a que mépris pour la gauche de Jaurès et de Blum, trop ploutocratique à ses yeux, se réclame sans vergogne de Robespierre et de Saint-Just!) Or, je le répète, si je crois que nous sommes naturellement immunisés contre le lepénisme, nous le sommes en revanche beaucoup moins contre ce néo-poujadisme de gauche, sautillant et festif, prometteur de lendemains qui chantent, et qui s'est déjà illustré, le soir des résultats, par un antiparlementarisme échevelé (Emmanuelli) qui, s'il avait émané de Le Pen, aurait entraîné des protestations scandalisées de nos belles âmes françaises.
Les artisans politiques du "Non de gauche" (je fais la différence avec leurs électeurs) ont bien réussi leur coup en stoppant net la construction européenne au point que l'on spécule déjà sur un éclatement de l'Euro. On attend avec intérêt leurs propositions pour nous sortir de là, mis à part l'exportation des faillites françaises.
L'art de la politique, en démocratie, consiste à agréger des voix dont les motivations peuvent être bien différentes, pour, en principe, guider le peuple. On peut le faire en le respectant, en lui disant la vérité et en lui rendant des comptes. On peut aussi l'abuser en jouant sur ses impatiences, sur sa souffrance, par simple goût du pouvoir. C'est alors que les loups sont en embuscade.

17 commentaires:

MONIQUE a dit…

Mais que vient faire l'israél et les pro-PALESTINIENS dans le vote du NON là-dedans.Mais arretez la terre ne tourne pas autour de cet etat sioniste et les juifs.S'il faur interdire le MRAP,alors il faut interdire le Crif,le Betar,la Licra et Sos-sionisme.Vous etes vraiment des paranos

sylvain a dit…

C'est vraiment gonflé de détourner le débat de la sorte. Reprenez-vous... heureusement que certains éditorialistes (j'irai lire July) lance des signaux pour que le vote de dimanche ne soit pas récuperer par des courants xénophobes. Mais franchement comment pouvez-vous serieusement faire un tel parallèle ? Quel mépris !

all a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
all a dit…

Sur ce coup là je suis d'accord avec vous ; spéciale dédicace à l'écolo-pétainiste J.Bové : Éloge du retour à la terre, refus du progrès, éloge de la famille, déclarations anti-sémites, tout ça a été bien déconstruit par Glucksmann.
Et ce discours maurassien devient la norme, la conformité.

sylvain a dit…

"Moi je vote pas comme le front national" contre "Moi je ne vote pas comme le Medef".

Merci d'avoir élévé le niveau du débat.

sylvain a dit…

Pour les insultes, vous avez trois longueurs d'avance... je vous les laisse.

Raphaël a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Raphaël a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

je vais faire simple, et ne pas rentrer dans de longues phrases politiques. J'ai remarqué ceci à la pause café : les ouvriers et les employés étaient pour le non, les cadres pour le oui. J'ai discuté, je me suis à la limite disputée avec eux pour leur dire que dire 'non' au gouvernement via la constitution n'était pas une solution, mais bizarrement, lundi, ils étaient tous fiers de voir que mr Raf allait partir, ils avaient soi-disant 'gagné' !!

Anonyme a dit…

je vais faire simple, et ne pas rentrer dans de longues phrases politiques. J'ai remarqué ceci à la pause café : les ouvriers et les employés étaient pour le non, les cadres pour le oui. J'ai discuté, je me suis à la limite disputée avec eux pour leur dire que dire 'non' au gouvernement via la constitution n'était pas une solution, mais bizarrement, lundi, ils étaient tous fiers de voir que mr Raf allait partir, ils avaient soi-disant 'gagné' !!

Anonyme a dit…

...analyser le vote pour le non en France à travers le conflit Israëlo/Palestinien , c'est vraiment original...en avez vous parlé à votre psy?

all a dit…

Bonjour,
Je trouve que le discours d'adversaires du traité s'est radicalisé depuis leurs victoires (car c'en est une). Ce qui était suggéré et non-dit est maintenant clairement énoncé. Et les peurs confuses sont devenues phobies, bien ciblées : Élites, étrangers, mondialisme ; je trouve que ça pue.

@Sylvain= je suis peut-être idiot mais je ne comprend pas le sens de vos deux posts #17h39 #15h06

Sylvain Attal a dit…

je ne suis pas déçu par vos réactions!
quelques mises au point s'imposent:
1/ Je ne sais pas qui intervient sous le pseudo sylvain, mais ce n'est pas moi. Voilà pour dissiper la confusion possible;

2/drôle, que certains d'entre vous laissent entendre que je serais victime de je ne sais quelle nevrose juive, dont il faudrait que "je parle à mon psy". Je n'en ai pas d'ailleurs.
En effet, il est très difficile, et j'ai pu m'en rendre compte, d'aborder ces questions d'antisémitisme, de proche-orient, lorsque l'on est soi-même Juif et surtout si l'on se refuse, comme c'est aussi mon cas à montrer patte blanche en commençant par accuser Israël de toutes les tares de l'humanité. "Tu es Juif, d'accord, mais tu n'es pas sioniste au moins, hein?" C'est ainsi que Luc Rosenzweig fut accueilli au service etranger du très bien pensant journal "Le Monde". Il le raconte dans le livre cité dans la note. Combien de fois n'avons nous pas entendu cela à notre égard? Combien de fois n'avons nous pas senti que nous étions disqualifiés d'avance sur nombre de sujets, car suspect de sionisme?
3/ Je maintiens que dans la France actuelle en plein "delire", le hit parade des mots qui deviennent des insultes est le suivant:
1 Liberal (ultraliberal)
2 Sioniste (ultra-sioniste je l'ai entendu aussi)
3 anglo saxon

Autrement dit, pour commencer d'avoir le droit de participer au débat il faut au préalable et sous peine d'excommunication, se déclarer, anti liberal, anti sioniste et anti anglo saxon. Cela afin d'être seulement considéré comme "apte". Sinon direction le psy,pourquoi pas l'asile? (je ne dis pas le camp pour ne pas aggraver mon dossier médical) n'est-ce-pas Moniqu? Je crois qu'elle ne se rend même pas compte.

La meilleure preuve qu'il ne s'agit pas chez moi d'une obsession juive, c'est que je n'avais pas pensé faire le rapprochement entre la resurgence antisémite et le populisme de gauche triomphant. Ce rapprochement a été fait devant moi par Denis Tillinac qui n'est ni liberal, ni sioniste, ni anglo saxon, mais correzien et chiraquien. Seulement c'est un esprit libre.

4/ Enfin les arguments de Raphaël sur l'audience et les difficultés de libé, de POI et de ce blog sont assez mesquins. En ce qui me concerne je ne m'associe pas au "courage". Cette petite entreprise est totalement désinteressée, c'est ce qui fait son charme je crois et je ne cherche nullement à courrir après l'audience.

Raphaël a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Je n'avais pas eu le loisir de lire POI et par la meme occasion votre blog, depuis un bon moment...quelle ne fut pas ma surprise d'y lire l'édito de Schemla...j'en suis restée coite de colère.
Vous etes, vous, habituellement plus nuancé qu'elle, et vous le prouvez dans votre commentaire, mais de grace, faites un effort, ne serait ce que pour rattraper le mépris affiché de votre patronne et nous laisser au moins une fenetre de désir de visiter POI de temps en temps!

Anonyme a dit…

Surprenant qu'il ait fallu ce référendum pour que des distraits découvre ce populisme de gauche (hélas) , incarné par les amis, en vrac, de Tariq Ramadan, Castro et Chavez..(que des grands démocrates)
Catherine A.

sylvain (bro) a dit…

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-659557@51-659796,0.html

Tout le monde n'a pas la chance d'être pétri de certitude sur la façon de bien voter... certains au lieu de s'arc-bouter adoptent une position plus constructive et beaucoup moins méprisante que celle exprimé dans les articles relayés par l'auteur de ce blog.