Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

18 janvier 2005

Mme Jourdain du révisionisme.

Leïla Shahid est impayable. Je dis tout de suite que j'ai de la sympathie pour elle. Elle est directe et chaleureuse. Pas un instant je ne la soupçonnerais d'antisémitisme. Elle s'en est toujours démarqué, très tôt. Son combat est respectable. Mais je commence à me demander quelle dose de perversité entre dans ses interventions médiatiques. Prenez lundi dernier, dans un Chat du Monde.fr
Elle répond à une question sur l'efficacité du mur de protection dressé par Israël entre ses agglomérations et les localités palestiniennes. S'il a le mérite d'avoir pratiquement réduit à néant les attentats venant de cisjordanie (fait indiscutable, les attentats qui "continuent" viennent de Gaza.), il a l'inconvénient (majeur) d'empiéter sur la ligne verte coupant par exemple certains paysans de leurs champs, ajoutant aux multiples tracas quotidiens des palestiniens. Contre l'évidence, Leïla Shahid n'y crois pas, à cette efficacité. La violence est le résultat de l'occupation dit-elle. Cela aussi n'est pas discutable. Je crois même qu'Israël ne redeviendra vraiment Israël que lorsqu'elle aura cessé, si c'est possible un jour. Mais la voilà qui compare "benoitement" l'occupation israélienne à l'occupation allemande, en soulignant que celle-ci a duré 7 fois moins. (En fait c'est presque dix fois moins, 7 fois 4 font 28 et non 38, personne n'a songé à le corriger, mais passons). Alors imaginez! C'est aussi simple que de l'arithmétique.
Plusieurs "chateurs" lui font alors remarquer qu'il est scandaleux de comparer ainsi les deux situations. Mais elle ne se laisse pas démonter et avec son ingénuité habituelle elle précise qu'elle ne veut absolument pas dire que les "causes et les conséquences aient été semblables", mais que l'on "ne peut pas faire de l'occupation israélienne une occupation légitime", car "toutes les occupations militaires sont illégitimes." Est-ce seulement de cela que Mme Shahid voulait nous convaincre? Car là encore on ne peut qu'être d'accord (c'est lassant) avec elle. Mais alors à quoi servent ce genre de comparaison s'ils ne sont pas indispensable au propos?
C'est là qu'entre en scène la perversité. Car dans le subliminal de l'internaute, un bref instant, l'image du soldat israélien s'est bel et bien superposée à celle de celui de la Werhmart ou pire de la SS, ajoutant une petite touche supplémentaire à l'entreprise de nazification d'Israël qui est devenue, hélas, une spécialité des activistes palestiniens. On s'indignera certainement moins longtemps de ce dérapage là que de celui de Le Pen, car Leïla Shahid, elle, est tellement sympathique.
Et puis, Mme Shahid-qui a toujours veillé à se démarquer des excès de ses partisans un peu trop zélés- n'avait sûrement pas ce noir dessein. Elle, c'est un peu la Madame Jourdain du révisionisme.

2 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Guy G. a dit…

je ne dois, probablement, pas connaître les règles élémentaires du blog...,mais, je suis, quand même, surpris, venant de votre part, Mr Attal, des "coquilles" d'orthographe qui suivent; mais n'est-ce pas, en réalité, le fond plutôt que la forme qui est essentiel.

écrit // il fallait

révisionisme // révisionnisme
démarqué // démarquée
comparaison // (pluriel)
indispensable // (pluriel)
Werhmart // Wehrmacht

bien cordialement
Guy G.
14/04/05