Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

19 juin 2007

Haro sur l'ouverture!



Stupeur! Fureur et tremblements au PS. Ils sont scandalisés, indignés, révulsés. Mais comment a-t-il pu leur faire ça, le nouveau demi d'ouverture de l'équipe de France. Débaucher Bockel, et Amara! Et eux, les "traitres"? Quelle indécence, quelle immoralité!
Pourtant, je crois bien que l'on entendit pas de tels cris d'orfraie, à droite, lorsque Michel Rocard fit lui aussi l'ouverture (Stirn, Soisson, Durafour...). D'accord, Sarkozy fait encore plus fort. Il a non seulement le nombre mais aussi la qualité. C'est vrai, que les combats de Fadela pour l'égalité et la laïcité, c'est autre chose que l'eau tiède de Jean Marc Ayrault...Bon passons. Sous Mitterrand, souvenons nous, c'était Tapie qui était ministre de la ville. Du point de vue moral ça se posait là. Mais, que voulez-vous, Mitterrand lui avait tous les droits. Il était la gauche. Et quand on est la gauche, même si l'on perd les élections, on est quand même toujours en droit de dire ou est le Bien...
On commence à comprendre l'impatience de ces transfuges . Que dis-je? Leur désespoir de voir un jour la gauche devenir enfin pragmatique, d'arrêter de se payer de mots et de postures. Ok Fabius a piégé Borlo qui n'avait pas compris que dans "TVA sociale" il y avait "sociale". Infoutu de l'expliquer et pour cette raison mis à la porte de Bercy, non pas avec un bonnet d'âne, mais avec une augmentation! Cela s'appelle la politique....
Mais, même si cela a fait élire 60 députés de plus est-ce vraiment si brillant, alors que tout le monde sait qu'il est irresponsable de continuer à faire peser sur les seuls salariés et sur leurs employeurs (qui n'ont pas tous des golden parachutes) le poids de la protection sociale? Et Fabius, avec ça, est (re)devenu en un instant le héros du PS! La reconnaissance du ventre, direz-vous. Mais avec ce type de comportement le PS ne nous prépare rien qui vaille...
Bockel, était à lui tout seul le courant blairiste au PS. Sa motion n'obtint que 1% au dernier congrès. 1% pour un courant qui a fait ses preuves en dix ans de gouvernement outre-manche et va survivre à son créateur, non sans avoir rénové en profondeur la gauche! Mais le blairisme, au PS, même pour DSK (en tout cas dans ses propos publics) c'est déjà la droite. On l'écoutait à peine, Bockel, monsieur 1%, tant on le considérait déjà comme un étranger à la famille de "gôche". Et maintenant voilà qu'on le traite de traitre comme s'il avait vendu du beurre aux boches. Passé à l'ennemi avec son 1%, et ses convictions si peu partagées. A la fin on se lasse d'être tant méprisé. Mendès reveilles-toi ils sont devenus fous!
Que disait-il pourtant de si infâme, le maire de Mulhouse? Simplement que le petit peuple avait besoin de sécurité, qu'il fallait se montrer "dur avec le crime et avec les causes du crime". Et qu'il était temps de songer à produire avant de penser à redistribuer, de se préoccuper aussi du financement de la protection sociale, bref qu'il était temps qu'advienne "une gauche nouvelle (...) Une gauche capable de rompre avec le tout Etat, avec la culture de la dépense et de la redistribution irresponsable."
Au fond, on comprend qu'ils flippent les socialistes de voir peut-être, (je dis peut-être car je suis un sceptique professionnel mais je crois aussi à ceux qui osent qui transgressent les conformismes) la France se moderniser sans eux, pendant qu'ils en seront encore à s'entretuer.
Enfin, j'allais oublier, nous aurons la seule équipe présente à la coupe de monde de Rugby entrainée par un ministre. L'ouverture, ça le connait. Super chicos. Et si on perd, Sarko remanie?

5 commentaires:

Claire a dit…

Bravo, cher Sylvain,votre article est d'une grande qualité, votre analyse est lucide.OUI, Quel dommage que la gauche n'ait jamais réussi pareille ouverture.Quelle bonheur de voir Fadela Amara à la ville et à côté de Sainte Boutin! faut'l'faire!
les insultes pleuvent; Comme je me réjouissais de ces nominations devant des amis, cela m'a valu des "Toi aussi, tu soutiens les traîtres!"
Que dire devant tant de parti pris, de sectarisme, de bêtise( je reste polie...) Merci de rappeler les essais d'ouverture de Rocard, entre autres. Amicalement. Claire

Anonyme a dit…

ça fait toujours plaisir de voir que l'on n'est pas seul dans son coin à pepnser ce qu'on pense.
merci.

FalconHill a dit…

Bockel, aprés Kouchner, montre que le PS exclue plus prestement ses membres quand ils se "compromettent" avec cette droite affreuse, que lorsqu'ils se laissent aller à des propos abjects et injurieux en fin de banquet, ou devant une communautée qui ne partage pas ses points de vue politique.

Sauf erreur de ma part, notre ami Freche, mon bon président de Région, a eu droit à la commission du bon président Mermaz, parce que François Hollande considérait 'qu'on exclue pas une personne sans l'écouter et faire une enquete'. Présomption d'innocence...

Finalement, les crimes n'ont pas les mêmes poids. Le racisme et l'insulte humiliante est finalement moins grave que d'accepter de travailler avec l'ennemi.

Bon weekend

Gerard S a dit…

A en juger par les réactions en Alsace, je ne pense pas que le ralliement de Bocquel ait été un bonne idée. Je considère même que c'est un indicateur qui montre les limites de Sarkozy.
En effet, pour un ralliement insignifiant (qui connait M. Bocquel) choisir dans la région qui a voté à 65 % pour vous un opposant est plus une faute politique qu'un coup de maître.

Anonyme a dit…

Ce qui m'intrigue, c'est de savoir exactement ce que cherche Sarkozy. Souhaite-t-il vraiment tuer le PS d'une part, et faire voler sa majorité en éclat d'autre part ? Peut-être a-t-il bien lu Machiavel, ou applique-t-il la méthode de 'diviser pour mieux régner' ? Qu'en pensez-vous cher Sylvain ?

Car, au moment où j'écris ces lignes, DSK est le candidat de l'UE au FMI, sur proposition de Sarkozy qui n'a pas tari d'éloges à son sujet. En revanche, et contrairement à tout ce qu'on entend, DSK lui n'a en aucune façon approuvé la politique de Sarkozy, et ne le fera sans doute jamais ; bien au contraire, DSK critique constamment la politique de Nicolas Sarkozy. Si le président veut écarter un adversaire gênant pour 2012, pas sûr qu'il y parvienne par ce moyen qui va faire mieux connaître cet homme finalement mal connu du grand public jusqu'aux dernières primaires socialistes. Peut-être même qu'être à la tête du FMI va aider DSK à s'imposer petit à petit comme le candidat naturel du PS à la prochaine présidentielle. C'est mon avis.

Samuel