Le blog de Sylvain Attal/ "La vie n'imite pas l'Art, elle imite la mauvaise télévision." W.Allen

29 mars 2006

Le Million!

Le Million! C'est le nouveau mètre étalon de la vie politique française. De manifestants bien sûr. Il est largement dépassé ce soir, même selon la police (de Sarkozy, il est vrai, donc davantage portée à la sincérité des chiffres en la circonstance), les syndicats en annoncent même trois.
Première réaction: Villepin est cuit. Il devait être l'alternative chiraquienne à Sarkozy. Aujourd'hui, on ne voit pas comment il serait, en 2007, en situation d'incarner quoique ce soit. Je serais Sarko, je ne me réjouirais pas trop vite. La gauche a remporté les régionales, elle a fait gagner le non, aujourd'hui elle gagnerait haut la main, en tout cas des législatives et, avec Ségolène Royal (ou Jospin?) peut-être aussi la présidentielle. Je ne vois pas comment cela peut s'inverser en 12 mois.
Ce n'est pas très réjouissant car la gauche n'a absolument rien à proposer au pays et n'a même pas fait l'inventaire du jospinisme, en reconnaissant par exemple le mal qu'ont fait les 35 heures.
Chirac, lui, est nu. Il peut laisser Villepin administrer les affaires courantes. Ou bien nommer Sarkozy à Matignon dans une sorte de remake de Mission Impossible, ou bien encore, il en serait bien inspiré, démissionner. Au moins prendrait-il la gauche de vitesse, ce qui serait le dernier service à rendre à son camp. Et même au pays, qui serait fixé plus rapidement sur son avenir. Dans pratiquement toutes les autres démocraties européennes face à une telle perte de légitimité populaire, confirmée depuis deux ans dans les urnes et dans la rue, le pouvoir aurait depuis longtemps anticipé l'échéance. Pas en France, semble-t-il. C'est l'immobilisme français, institutionnel, économique et politique.
La leçon à tirer pour les suivants: commencer par dire ce que l'on a l'intention de faire et surtout faire ce que l'on a dit, ou risquer d'être haché menu au bout de 12 ou 20 mois par des Français en forme révolutionnaire et malheureusement assez peu conscients des problèmes et des reculs du pays.


Autre chose: ce soir j'ai suivi les deux premiers quarts de finale de la Champion's League sur Canal et les élections israéliennes sur internet. C'était parfait!
J'ai trouvé Arsenal, mon équipe fétiche, impressionante, candidate sérieuse au titre (une finale contre Lyon me comblerait), alors que le Barça, équipe également très plaisante était un peu poussive et malheureuse face à Benfica, toujours sous-estimée-à tort-dans ce genre de compétition.Ça promet! (Il y avait 5 champions du monde de 98 sur la pelouse à Londres!)
Mon commentaire à chaud sur les élections israéliennes, pour ceux que cela intéresse:
Un centre de gravité très clair au centre gauche. Olmert a été choisi pour gérer l'héritage spirituel de Sharon mais c'est un CPE. L'homme n'est pas aimé, il est à l'essai. Peretz est le premier leader travailliste qui fasse enfin du social une priorité et il est vraisemblable que pour la première fois une part significative des déshérités sépharades des villes de développement, clientèle traditionnelle du Likoud, a voté pour cet authentique homme de gauche. Il devrait obtenir un grand ministère économique et social dans le prochain gouvernement. Les pauvres, de plus en plus nombreux ont adhéré à son discours "marxien": l'économique commande le politique. Autrement dit en luttant contre la pauvreté, on oeuvre pour la paix. En somme, qu'il faut arrêter d'arroser les colonies religieuses de cisjordannie, ce qui n'apporte que la guerre et encore plus de pauvreté en Israël.

Les israéliens viennent donc de donner un mandat pour de nouvelles évacuations de territoires occupés. Une autre chose est frappante. Pratiquement tous les partis sont en faveur de ce principe, à part le PNR (Mafdal), parti des colons qui ne pèse que 7% environ. Même le Likoud, même Israël Beitenou d'Avigdor Lieberman! Ce dernier veut même rendre des territoires israéliens depuis 1948, au motif qu'ils sont peuplés d'Arabes, ce qui-au passage- est une injure raciste envers 20% de la population non juive d'Israël qui s'est toujours montrée loyale.
Bref, il y existe un consensus très large sur cette question en Israël, ce qui est une avancée considérable. Certains veulent le faire unilatéralement comme l'a initié Sharon, d'autres souhaitent ouvrir des négociations préalables avec les palestiniens. Il y aura des avocats des deux méthodes dans le prochain gouvernement.
Pour l'instant la victoire du Hamas, la libanisation de Gaza, d'où le Djihad Islamique vient de lancer sa première roquette Katyoucha sur Israël, et la victoire de Kadima, semblent donner raison aux premiers. Mais le Hamas multiplie les signes d'ouverture: la trêve observée à la lettre et une réaction extraordinairement mesurée sur l'affaire de la prison de Jericho.
Il y aura donc certainement un jour prochain des négociations avec les islamistes palestiniens. D'ailleurs, Nissim Zvili l'a révélé vendredi sur Public Sénat, dans Bibliothèque Medicis, devant Jean-Pierre Elkabbach: Il avait proposé à son gouvernement de commencer à parler avec le Hamas en 1995!
A ce soir sur RTL.

2 commentaires:

Laurent a dit…

Ah, enfin un sujet inréressant : le foot !

Arsenal a très bien joué profitant des largesses du milieu de terrain de la Juve, Emerson et surout Viera s'étant montrés particulièrement faibles, ce qui confirme mon sentiment que le n°4 de Turin et de l'équipe de France est un joueur sur-côté, techniquement approximatif et physiquement lent... Les Anglais (enfin anglais si on veut) ayant réussi à développer un football de mouvement qu'ils n'arrivent pas jouer dans le championnat Prmier League où le physique est, il est vrai, prépondérant.

no more anonymous a dit…

Cher Sylvain,

Je vous trouve bien optimiste quand aux éventuelles négociations avec le Hamas. Est-ce du à des sources précises ?
je ne vois, quant à moi, que de la stratégie, dans la trève en cours, et dans le maintien "pour la galerie internationale" de Abbas à son poste. Je ne vois pas non plus de mouvements radicaux aussi violents que le Hamas gouverner avec des modérés dans un pays de la région.
Certes, je ne me fais pas d'illusion sur l'attitude future de l'UE, et en particulier celle de Chirac et du Quai d'orsay (même si demain, Au Secours, Védrine revient). Le président a déjà laissé entendre qu'il ne faut pas laisser la population palestinienne sans soutien. Le véritable problème, c'est bien l'usage que font les palestiniens des centaines de millions de dollars déjà versés, ainsi que le devenir de sommes colossales (comme celle détenue par Arafat évanouie dans la nature). De nombreux commentateurs considèrent d'ailleurs la corruption de l'AP comme facteur n°1 du vote Hamas. Mais que m'importe à moi la bonne gestion des islamistes si c'est pour se refaire une santé pendant la trève ?

L'esprit d'Oslo auquel ont cru aussi certains palestiniens est bien mort. Si la plupart des partis israéliens se rangent à la stratégie de Sharon, c'est en constatant la fin de ces espoirs "bilatéraux". Seule issue : rendre étanches des frontières tenables en incorporant des soi-disant "colonies" de plusieurs dizaines de milliers d'habitants (il restera la possibilité d'échange de territoires pour compenser les km2 conservés).

j'ajoute que l'Egypte peut doubler la surface de Gaza sans grand problème. En particulier si les Frères Musulmans y prennent le pouvoir. Et dans ce cas de figure, on peut être sûr que le Hamas ne deviendra pas un mouvement pacifique.